The Walking Dead tome 5: L’ère du prédicateur

Titre: The Walking Dead : L’ère du prédicateur
Auteur: 
Robert Kirkman & Jay Bonansinga
Éditeur: 
Le livre de poche
Nombre de pages: 346
Catégorie: 
Post-apo
Parution: 16/09/2015

Résumé 

Woodbury renaît peu à peu après la chute du Gouverneur, le tyrannique Philip Blake, et Lilly Caul est devenue, un peu malgré elle, la chef de file des survivants. La ville tente de se reconstruire, mais une horde de zombies approche. Ils sont des centaines, des milliers peut-être. Lilly et les habitants assiégés unissent leurs forces à une mystérieuse secte religieuse menée par un énigmatique prédicateur, Jeremiah. Parviendront-ils à se défendre ?

Avis

Il s’est passé beaucoup de temps depuis ma lecture du tome 4 parce que c’était la fin d’un cycle et que le suivant ne me disait rien qui vaille. Quitter le charismatique Gouverneur pour un Prédicateur ne m’enchantait guère. Ce cinquième tome est le premier sans le gouverneur (Qui est présent dans le comics, le livre et la série), il faut donc réintroduire un méchant et bien sûr il s’agit de ce Jeremiah cité dans le résumé. J’ai donc mis du temps avant de me lancer dans cette nouvelle aventure parce que je ne suis pas du tout fan des prédicateurs, de la prêche ou tout ce qui touche à la religion dans la littérature. À petite dose cela ne me dérange pas mais là ça avait tout l’air d’être un élément principal. Je ne me suis pas trompé, malheureusement.

Je n’ai pas aimé ce nouveau personnage pour tout ce qu’il représente mais le pire c’était d’attendre qu’il soit introduit. C’est dire à quel point ce tome est inintéressant. Il faut attendre plus de 150 pages pour que ce nouvel antagoniste soit introduit, tout ce qui se passe avant était plat. On voit la vie de Woodbury sans le Gouverneur, une vie paisible n’a rien d’excitant. Si je n’ai pas abandonné ma lecture, j’ai tout de même fait une pause de plus d’un mois.

Même une fois introduit, même en sentant qu’il y a anguille sous roche, je me suis ennuyé. Au final je ne retiens que les 50 dernières pages où l’histoire devient enfin palpitante. Je retiens le personnage de Bob Stookey qui éclipse totalement l’héroïne Lilly Caul. Je trouve que l’intérêt des livres étaient de nous montrer le gouverneur plus en profondeur et c’était une réussite. Maintenant qu’il est mort il a laissé un vide qu’aucun personnage n’a su combler.

Malgré ma déception je continuerai sans doute la saga parce qu’au final je suis attaché à Lilly et à Bob, mais ça ne sera pas pour tout de suite. Une suite sans saveur.

Fabien S.

Publicités

Une réflexion sur “The Walking Dead tome 5: L’ère du prédicateur

  1. Pingback: Bilan lectures juin 2018 | Les instants volés à la vie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s