Goodbye my Rose Garden, tome 1 à 3 (série terminée)

Auteur:  Dr. Pepperco 
Traductrice: Aline Kubor
Éditeur: Komikku
Nombre de pages: 173-185-208
catégorie: Seinen
Parution : 27/08/2020 – 24/10/2020 -25/02-/2021

Angleterre 1900. Une jeune servante débute un nouveau travail dans la résidence Roseborough. Alice, la maîtresse de maison lui fait visiter la demeure. Le clou de la visite est l’impressionnante bibliothèque où la jeune femme adore dévorer de nombreux ouvrages. Son autre lieu de prédilection est le jardin de roses en contrebas. On apprend que la jeune servante s’appelle Hanako. Elle a entrepris un long périple depuis le Japon pour venir vivre en Angleterre et rencontrer son idole, un auteur du nom de Victor Frank dont les œuvres lui ont permis de surmonter de nombreuses épreuves. Elle a fait le pied de grue jour après jour devant la maison d’édition de l’écrivain afin de le rencontrer, mais elle a toujours été refoulée. Lors d’une énième tentative, Hanako, plus désespérée que jamais, a rencontré Alice qui sortait de chez l’éditeur, car elle est critique littéraire. Cette dernière l’a alors invitée chez elle pour lui remonter le moral et lui proposer du travail. Alice est bienveillante envers Hanako et la servante apprend par sa petite soeur Margaret qu’elle va bientôt se marier. Un jour, Alice déclare à Hanako qu’elle va pouvoir réaliser son rêve et lui faire rencontrer le célèbre Victor, mais à une seule condition : il faut que Hanako la tue.

Avis

Dans l’Angleterre des années 1900. Une jeune japonaise nommée Hanako va trouver du travail en tant que servante dans une grande famille anglaise demeurant dans la résidence Roseborough. C’est même un concours de circonstances qui va lui permettre d’obtenir cette emploi. Elle qui a tout quitté pour reconcentrer son auteur préféré: Victor Frank. Elle fera plutôt la connaissance de celle qui deviendra sa maitresse: Alice. Entre ces deux-là, une belle amitié va naitre… Hanoko est donc choquée lorsqu’Alice lui promet de l’aider à réaliser son rêve à condition qu’elle la tue.

Voici une trilogie manga que j’ai adorée, un titre pas loin du coup de cœur pour moi. Tout repose ou presque sur les apparences trompeuses. Ce que l’on pense être une histoire légère va s’avérer être plus profonde. Ce qui m’a fait passer par un arc-en-ciel d’émotion. Cette demande de « meurtre » peut sembler incongrue au début de la série mais au fur et à mesure que l’on avance dans notre lecture, on se rend compte de toute la complexité de l’intrigue. Cette lecture m’a donc réservé de belles surprises. La condition de la femme, cette relation insolite qui va naitre entre deux héroïnes de deux classes sociales totalement opposées et surtout parler d’homosexualité à une époque où celle-ci est strictement interdite et tabou, autant de sujets qui donnent de la densité à ce manga. J’ai également beaucoup apprécié le rapport des deux héroïnes avec la lecture et les livres. Certaines œuvres connues sont d’ailleurs citées. On parle aussi d’auteurs classiques connus. Cela rajoute une ambiance romanesque à notre découverte.

Le personnage d’Alice est tout en nuance. En apparence très froide, elle cache un profond mal-être. Elle est prisonnière dans sa propre vie. On pourrait facilement la considérer comme une privilégiée mais son nom, sa famille, ne lui permettent pas de vivre pour elle-même car elle doit se plier aux étiquettes sociales imposées par son rang. Sa rencontre avec Hanako va être révélatrice et on se demande si elle sera également salvatrice. Cette jeune japonaise pleine de vie et passionnée par la littérature. Malgré la différence de culture, elles vont tisser un lien fort. Alice ne s’ouvrira pas aussi facilement que cela car il n’est pas facile de faire tomber cette armure qu’elle a mis des années à bâtir. J’ai trouvé intéressant comment Dr. Pepperco fait évoluer ses protagonistes et les fait interagir avec une bonne palette de personnages secondaires qui vont venir soit se placer comme des alliés soit comme des opposants farouches.

Une excellente trilogie avec une histoire qui ne manque pas de profondeur, ni de complexité. J’ai adoré la manière dont Dr. Pepperco traite des sujets de la condition féminine et de l’homosexualité dans cette Angleterre puritaine et traditionnaliste. Avec un accent mis également sur la psychologie de ses personnages. L’émotion est au rendez-vous: difficile de ne pas être émue par ces deux héroïnes que tout oppose. Le tout est porté par un magnifique coup de crayon dans un univers graphique qui nous fait voyager dans le passé grâce à un trait détaillé et fin.

Djihane S.

3 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s