Le fossoyeur

fossoyeurJe tiens à remercier les Editions Denoël pour cette lecture.

Titre: Le fossoyeur 
Auteur:
Adam Sternbergh
Éditeur:
Éditions Denoël
Traductrice: 
Florence Dolisi
Nombre de pages:
264 pages
Catégorie:
Science-fiction, Cyberpunk
Collection: 
Lunes d’encre
Parution :
13/05/2015

Résumé de l’éditeur

« Il se fait appeler Spademan, le Fossoyeur, presque un nom de super-héros. Vous ne saurez jamais son vrai nom. Il a été éboueur. Un jour, il a trouvé un bébé dans un sac-poubelle. Quelques années plus tard, sa femme est morte dans la série d’attentats radioactifs qui a vidé New York de ses habitants.

C’était il y a longtemps : une autre vie.
Maintenant, Spademan est tueur à gages. Il est resté dans les ordures, mais son salaire a considérablement augmenté. Il n’est pas sexiste : homme, femme, il s’en fout. Vos raisons, il s’en fout. D’ailleurs, le fric aussi il s’en fout.
Et quand on lui demande de tuer la fille du richissime prédicateur T.K. Harrow, une gamine qui vient tout juste d’avoir dix-huit ans, il n’y voit aucun problème. Mais dans la toile de Harrow, pour la première fois de sa sinistre carrière, Spademan n’est pas la plus grosse araignée. »

Mélange foudroyant de roman noir et de cyberpunk, au style sec comme du vieil os, Le Fossoyeur est un uppercut qui en dit long sur la tentation nihiliste. Dès parution, Hollywood en a acquis les droits d’adaptation cinématographique.

Avis

Avant d’évoquer le contenu, parlons du contenant. La couverture de ce roman est magnifique, l’illustrateur, Aurélien Police a fait un travail remarquable, une illustration troublante et puissante à l’image du roman et de son univers.

«Tous les cimetières sont pleins, depuis longtemps.»

C’est avec cette phrase que le lecteur est convié à s’introduire dans l’univers cyberpunk du fossoyeur. Faisant partie de la science-fiction, le cyberpunk est le mariage entre cybernétique et punk, plaçant ses lecteurs dans une forme de dystopie, une fiction d’un monde imaginaire contre-utopique freinant la poursuite du bonheur de ses membres. Dans notre roman, est dépeint un futur qui pourrait être proche de notre présent, technologiquement avancé mais servant l’intérêt des plus riches.

Le fossoyeur décrit une société sans espoir, violente et glauque. On a l’impression qu’une apocalypse a eu lieu à New York et que les seuls survivants tâchent d’évoluer dans une société désorganisée dont le slogan semble être « No Future » prôné par le groupe punk les Sex Pistols. Un New York mort après une série d’attentats qui l’a plongé dans la déchéance.

Ce roman est atypique, avec un style recherché, à l’image de ses thèmes, la ponctuation est éclatée, nous y trouvons des phrases courtes et des dialogues expéditifs. Un travail remarquable a été fait sur l’écriture et l’effet qu’elle produit sur son lecteur. Un excellent roman que j’ai adoré lire, une histoire prenante qui peut être dérangeante mais cela fait partie de sa force.

Le coup de maître de cette oeuvre réside dans son personnage Spademan, un personnage que vous allez adorer détester, il n’est pas un héros: désenchanté, rien ne semble l’intéresser, il exécute les proies qu’on lui désigne. Il ne fait même pas cela pour l’argent, on ne sait même pas ce qui pourrait le motiver. Un anti-héros magistral, solitaire qui travaille pour son compte et cynique à souhait.  Perséphone, adolescente de 18 ans, initialement le contrat de Spademan va bouleverser sa routine. A priori fragile et innocente, elle s’avère être redoutable.

D’autres personnages aussi loufoques les uns que les autres, que vous aurez plaisir à découvrir ou à détester peuplent le roman. C’est un festival de psychologies qui nous est offert. Hollywood a acquis les droits d’adaptation cinématographique du roman, un film que j’irai voir sans me faire prier.

On peut être dérouté par le mélange de flash-back et actions, l’auteur impose au lecteur un rythme fou qui n’était pas sans me déplaire.

Le fossoyeur est un excellent roman que je conseille vivement à tous les amateurs de cyberpunk, de personnages travaillés au bistouri, des univers puissants, évocateurs et glauques.

Djihane S.

Publicités

6 réflexions sur “Le fossoyeur

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s