Je meurs de ce qui vous fait vivre

je meurs de ce qui vous fait vivreJe remercie Les éditions Presses de la cité pour cette lecture.

Titre: Je meurs de ce qui vous fait vivre
Auteur:
Paul Couturiau
Éditeur:
Presses de la cité
Nombre de pages: 302
Catégorie:
roman historique
Parution: 10/09/2015

Résumé de l’éditeur

Quand le garde du jardin des Tuileries lui lançait : « Où tu vas ? », la petite Line répondait : « Sais pas… tout droit. » Devenue adulte, elle choisit la défense de la vérité et, pour la faire éclater, elle apprit, auprès de l’écrivain Jules Vallès, l’art de mêler l’acide à l’encre. Parce que ses parents lui interdisaient de devenir journaliste, elle choisit de mourir. Mais le geste désespéré fut acte fondateur. La petite Line céda la place à Séverine. Séverine allait devenir l’une des figures féminines les plus libres de son temps, une voix au service du peuple. Une femme qui savait où elle allait : tout droit ! De 1881 à 1888, en sept années décisives, le portrait d’une femme de passion et d’exception.

Avis

Je meurs de ce qui vous fait vivre est édité aux Presses de la cité dans la collection Terres de France qui nous fait voyager à travers les régions françaises. A travers des personnages bien romanesques et forts qui emportent leur lecteur dans une aventure que l’on appelle fiction. Je découvre cette collection grâce à ce titre et j’ai été séduite.

Nous découvrons dans ce roman, un personnage haut en couleur, une dame qui a marqué l’Histoire à sa manière. J’ai adoré faire la connaissance de Séverine nom de plume de  Caroline Rémy qui fut la première journaliste française à vivre de sa plume. Écrivaine et féministe au destin méconnu, elle occupe une place importance dans l’histoire des luttes sociales. On retrouve très peu d’écrits sur elle car l’histoire à peut être plus retenu son côté libertaire qui a occulté le travail de sa vie.

Le roman de Paul Couturiau évoque la rencontre de cette grande dame avec Jules Vallès qui va être son mentor et ami ou encore patron, comme elle aimait l’appeler. Elle sera d’abord sa secrétaire et sera présente pour la fondation de son célèbre journal Le cri du peuple. Il n’est certes pas facile de sortir de l’ombre d’un tel homme, surtout lorsqu’on est une femme mais Séverine, en devenant journaliste, a su se faire un nom dans ce milieu très masculin grâce à sa plume et la ferveur avec laquelle elle défendait le peuple, les plus opprimés et la cause des femmes.

J’ai beaucoup aimé également les passages où Séverine contait son enfance, avec beaucoup de poésie, à Jules Vallès. Des passages émouvants qui nous montrent la petite Caroline qui voulait dès son plus jeune âge s’approcher des choses interdites.

Le moins que l’on puisse dire est que cette femme avait du caractère, elle savait se faire respecter. Elle voulait être libre et se défaire des entraves avec lesquels les femmes étaient enchaînées par la société de son époque.

Je meurs un peu chaque jour est l’aboutissement d’une passion de l’auteur pour un femme exceptionnelle. Il a réussi d’ailleurs à me transmettre cette passion et j’ai envie de lire des textes de Séverine et d’en lire plus sur son histoire.

Séverine, la première journaliste française à vivre de sa plume, elle a défendu avec tout son être le peuple et les femmes. L’histoire d’une passion, celle de Paul Couturiau qui réussit dans son texte à nous faire aimer cette femme qui gagnerait à être connue.

portrait-citation-Séverine  Séverine-citation-tableau-Renoir

Nos chroniques Presses de la cité ici

Djihane S.

3 réflexions sur “Je meurs de ce qui vous fait vivre

  1. Pingback: Je meurs de ce qui vous fait vivre | Ma collection de livres

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s