La carte postale

la carte postaleJe tiens à remercier les éditions Belfond pour cette lecture.

Titre: La carte postale
Auteur: 
Leah Fleming
Éditeur: Belfond
Nombre de pages: 534
Catégorie:
Drame historique
Parution : 02/06/2016

Résumé

Fin des années 1930. Dans un manoir écossais, Callie mène une vie privilégiée auprès de Phoebe, sa tante actrice. Sa rencontre avec le troublant Toby Lloyd Jones va tout bouleverser. Fascinée par ce séduisant homme d’affaires qui la couvre de bijoux, Callie l’épouse et le suit en Égypte. Mais sous le soleil du Caire couve un drame : elle vient de recroiser son amour d’enfance…
Début des années 2000, en Australie. Melissa Boyd se voit confier une mission par son père mourant : retrouver cette élégante Anglaise qui, soixante ans plus tôt, l’a confié à une famille de fermiers australiens, alors qu’il n’était qu’un petit garçon. Seul indice, une carte postale et ces mots : « Maman rentrera bientôt »…

Avis

Voici une très belle découverte, le premier roman que je lis de Leah Fleming mais assurément pas le dernier. Elle est l’auteure de La jeune fille sous l’olivier et de L’enfant du Titanic que je ne manquerai pas d’acheter pour continuer cette expérience de lecture extraordinairement riche, offerte par l’écrivain.

La carte postale s’ouvre sur un père sur son lit de mort et sa fille Melissa. Il lui confie la tâche de reconstituer le puzzle de sa vie pour découvrir d’où il vient. Après ce bref aperçu du présent, l’année 2002, le lecteur est plongé dans les années 1923 au sein d’un manoir Écossais où une petite fille, Caroline, orpheline pleine de vie attend avec impatience le retour de sa tante Phoebe. C’est le parcours de cette petite fille que l’on va suivre, on la verra  grandir et faire ses propres choix et surtout ses erreurs. Mélissa, en 2002, tentera d’aller à la recherche de ce passé qui va lui révéler plus d’un secret.

Il est difficile de parler d’une lecture qui nous a bouleversés, l’histoire narrée par Leah Fleming est magnifique. On passe du rire aux larmes aussi facilement que l’on tourne une page de ce roman. Je l’ai dévoré, j’ai vécu cette lecture et j’en sors éblouie par le talent de Leah Fleming qui m’offre, avec son texte, mon 3ème coup de foudre littéraire de ma vie. Jusque-là seule la plume de Lucinda Riley était capable de me procurer une expérience de lecture aussi intense.

La plume de l’auteure est magique, un véritable page-turner. Il n’y a pas de temps mort, son écriture est très dynamique. Quand certains auteurs de romans historiques se reposent sur l’Histoire avec un grand H pour remplir les pages de leur roman de longues descriptions, Leah Fleming use de ces faits comme arrière plan, un décor qui sert la fiction et non le contraire. J’ai grandement apprécié la manière qu’a l’auteure de se servir des faits historiques pour nourrir sa fiction, notamment, les éléments concernant la seconde guerre mondiale et la dureté des camps de travail.

L’histoire quant à elle, est captivante et très addictive, chaque page tournée nous donne envie d’en savoir plus sur Caroline, ses peines et ses joies. Ce que j’ai adoré c’était le fait d’être plongée dans ce passé et d’essayer de repérer les indices en rapport avec Melissa et son père décédé. Une véritable toile se tisse sous nos yeux, historique mais aussi émotionnelle. Le texte est riche en rebondissements et ne laisse pas de temps mort à nos personnages surtout quand le destin s’acharne sur eux.

Parlons de ces personnages. J’ai eu un coup de cœur pour Caroline ou Callie: la petite fille téméraire qui découvre une vérité sur sa véritable mère qu’elle n’était pas prête à entendre, l’adolescente rebelle qui fait payer tous ses mensonges à sa maman et la femme forte et indépendante qui d’abord naïve, mûrit pour devenir une figure emblématique dans ce roman. J’ai été très touchée par sa relation avec son amour d’enfance et son amour pour son enfant.

La carte postale c’est un bel hommage à l’amour et surtout à l’amour maternel. Les choix d’une mère ne sont pas souvent compris par les enfants et cela génère des conflits qui peuvent déchirer une famille. La question qui se pose est quelle est la véritable définition d’une mère? Est-ce celle qui met au monde un enfant ou celle qui l’élève et lui donne tout l’amour dont il a besoin même si elle ne l’a pas mis au monde?

Ma chronique est loin de rendre justice à ce magnifique roman, je le conseille chaleureusement aux armateurs de drames historiques mettant en scène une saga familiale où amour, haine et Histoire se mêlent pour vous offrir un cocktail d’émotions inédites.

Un très beau coup de foudre littéraire, plus qu’un coup de cœur.

La carte postale est une magnifique fresque historico-fictionnel où le mot romanesque prend tout son sens. Une toile émotionnelle que les années tissent pour nous parler de l’amour dans tous ses états. Secrets, mensonges, sacrifices… le véritable amour est celui de savoir renoncer à l’autre? 

Djihane S.

13 réflexions sur “La carte postale

  1. Pingback: Défi littéraire 2016 | Les instants volés à la vie

  2. Pingback: Boîte aux lettres #54 | Les instants volés à la vie

  3. Pingback: CONCOURS: 2 ans du blog #3 | Les instants volés à la vie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s