La lanceuse de couteaux

Je tiens à remercier les Editions Charleston pour cette lecture.

Titre: La lanceuse de couteaux
Auteure: 
Ève Borelli
Éditeur: Editions Charleston
Parution : 20/03/2018
Catégorie: 
roman contemporain
Nombre de pages:
272

Résumé

Cette histoire, c’est l’histoire de Siloé, qui ne voit plus la magie du cirque dans lequel elle a grandi et le quitte pour de mauvaises raisons mais qui, en chemin, apprendra à faire ses propres choix et à définir ses envies personnelles. C’est l’histoire d’une indépendance progressive, piquée d’embûches, d’amitié et d’amour.
Siloé est orpheline de mère et vit dans le cirque familial, entourée par toute une galerie de personnages atypiques. Mais la jeune fille rêve d’être lanceuse de couteaux, ce que son père lui refuse obstinément. La voilà donc qui décide de rallier un cirque concurrent pour – enfin – essayer de faire ses preuves… Mais elle est loin d’imaginer les épreuves qui l’attendent !

Avis

Siloé a passé toute sa vie dans le cirque de son père. Ce dernier voudrait qu’elle participe au spectacle ou qu’elle aide en coulisse mais sans avoir un numéro dangereux. C’est pour cela qu’il a toujours refusé qu’elle soit lanceuse de couteaux. La jeune fille rêve de liberté et n’est pas heureuse malgré le fait qu’elle soit entourée de gens qui l’aiment, comme son meilleur ami Bowie qui est amoureux d’elle.

La jeune fille se sentant oppressée dans cet environnement dont elle ne voit plus la magie et décide de suivre le cirque concurrent… Ni Siloé, ni le lecteur ne sont préparés à vivre ce qui va suivre. Je dois avouer que je sors très perturbée de cette lecteur. J’avais l’impression que ce livre personnifiait toutes mes angoisses. J’ai horreur du machisme, sexisme et autre attitude qui place la femme au rang d’être inférieur. Et c’est ce qu’a vécu notre héroïne dans la seconde partie du récit.

Peut être que ma réaction face à ce roman peut paraître extrême mais j’étais réellement à fleur de peau en lisant l’histoire de Siloé. Je suis passée par un arc-en-ciel d’émotions: tristesse, colère, dégoût, profond désarroi, etc. Surtout que je ne comprendrai jamais les femmes qui acceptent tout par amour, surtout quand elles sont dans le cercle vicieux d’une relation destructrice. J’ai envie de leur crier: « fuyez, ce n’est pas ça l’amour ». Cela a aussi contribué à accentuer mon malaise. J’avais juste envie de secouer un bon coup Siloé et lui demander d’agir.

Siloé est un personnage qui m’a touchée et exaspérée à la fois. Elle vient d’avoir 18 ans mais elle est très naïve. Elle a des rêves de gloire dans le cirque et elle est totalement inconsciente des risques qu’elle prend en faisant confiance à des inconnus. D’ailleurs, nos personnages ont tendance à vite faire confiance à des gens qu’ils ne connaissent pas et ça m’a un peu déconcertée. Toutefois, ce récit initiatique va permettre à Siloé d’évoluer et de se débarrasser de sa naïveté. Son parcours semé d’embûches va lui permettre de grandir.

Ève Borelli nous dépeint un large panel de personnage qui, eux aussi, convoquent de vives émotions en nous. Tous évoluent dans le monde du cirque où plane une certaine magie. D’un côté, je suis tombée sous le charme de Bowie, le meilleur ami de Siloé et de sa façon de l’aimer inconditionnellement. Un poète dans l’âme. De l’autre, j’ai profondément haï Raphael qui a tous les défauts du monde. Tout ce que les femmes devraient fuir.

Jusqu’à la dernière ligne de La lanceuse de couteau, je ne savais pas quoi penser de ce roman qui m’a profondément perturbée. Il touche à des sujets bien sensibles qui ont fait hérisser les poils de la féministe en moi. Une femme n’est pas un objet dont les hommes peuvent disposer à leur guise. Malgré une première partie qui démarre en douceur, Ève Borelli a réussi le pari de toucher une corde très sensible en moi. Elle a suscité de très vives émotions grâce à sa plume immersive, la beauté de ses mots et la fragilité de ses personnages. J’ai aimé ce roman autant que j’ai été perturbée par son histoire.

Djihane S.

Publicités

4 réflexions sur “La lanceuse de couteaux

  1. Un roman bien plus complexe que la 4ème de couverture ne le laissait présager !
    J’avoue avoir été perturbée aussi par le comportement de Raphaël, et j’ai eu plusieurs fois envie d’entrer dans le roman afin de protéger Siloé et la faire partir !
    Pour moi, ce fut une superbe découverte =)

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s