Transformers: The Last Knight

Synopsis

Les humains et les Transformers sont en guerre. Optimus a disparu. La clé pour sauver le futur de l’Humanité réside dans les secrets enfouis du passé et dans l’histoire cachée des Transformers sur Terre. La sauvegarde de notre monde repose sur les épaules d’une alliance inattendue : Cade Yeager, Bumblebee, un Lord anglais et un professeur d’Oxford. Vient un moment dans la vie de chacun où nous sommes appelés à changer les choses. Les proies vont devenir des héros. Les héros vont devenir des méchants. Un seul monde survivra : le leur, ou le nôtre.

Bande annonce

Avis

Je suis allé voir ce nouvel opus de la série Transformers avec enthousiasme, la bande annonce m’a fait envie alors que je ne suis pas du tout fan de la saga. Le côté post apocalyptique qu’on peut y apercevoir n’est en fait que de la poudre aux yeux. La civilisation n’a pas disparu, seulement quelques endroits sur terre qui ont été dévastés après l’âge de l’extinction (Le précédent film). Ce n’est pas la seule déception malheureusement. Tout ce qui me fait détester la saga est présent.

L’humour niais dans des moments tout à fait inadaptés. Des blagues vaseuses dites par des personnages sérieux jusque-là, arrivées comme un cheveux sur la soupe. L’actrice principale qui partage l’affiche avec Mark Wahlberg, Laura Haddock n’est là que pour sa plastique, pour une présence féminine, toujours en décolleté. La gamine de la bande annonce qui ne sert à rien alors qu’elle est bien plus intéressante que la fille sexy inutile. Seul Mark Wahlberg est convaincant dans son rôle. La présentation d’Anthony Hopkins aurait pu être satisfaisante, mais il a fallu que le scénario lui dicte des blagues à deux francs six sous. 

L’intrigue de base est très interessante, j’adore la mythologie arthurienne. Ce que les scénaristes en ont fait est risible. L’histoire part en sucette. Une personne s’est amusée à faire un résumé détaillé du film sur Wikipedia, le pavé fait trois kilomètres de long. Ils ont travaillé à 4 sur le scénario et ils nous ont pondu une histoire à rallonge qui dessert totalement le film.

J’aurais mieux apprécié un film court et intense que ces 2 heures 30 d’effets spéciaux boum boum à la Michael Bay. Alors oui c’est très beau visuellement, mais ça sonne creux. Et puis sérieusement, Merlin est un ivrogne ? Je me demandais vraiment où j’étais lorsqu’il annonce reprendre une gorgé et qu’il s’enfile une bouteille entière. C’est un détail mais un film qui commence ainsi ne peut que mal finir.

Ce qui est regrettable c’est que le film est conçu pour être grand public. Il a été fait en fonction des attentes du public. Les téléspectateurs aimeraient les effets spéciaux et les blagues ringardes ? Après le précédent film, Bay avait annoncé qu’il se retirait de la franchise, avant de revenir sur sa parole. Il aurait mieux fait de s’abstenir. Le film aurait pu être meilleur sans un tel réalisateur. Il est talentueux mais est en train de se perdre avec ses films à énorme budget où seul les effets spéciaux sont intéressants.

Un énième film Transformers copié collé des précédents. Visuellement spectaculaire mais avec une histoire qui aurait gagné en intérêt si elle avait visé la simplicité. Bien entendu, trop long. Marre des films à rallonge qui n’apportent rien. Une grosse déception pour nous.

Fabien S.

Publicités

2 réflexions sur “Transformers: The Last Knight

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s