La petite dernière

Je tiens à remercier les Editions Nathan pour cette lecture.

Titre: La petite dernière
Auteure:
Susie Morgenstern
Traductrice: Lilas Nord
Éditeur: Nathan
Nombre de pages: 224
Catégorie: 
Jeunesse
Parution: 24/08/2017

Résumé

Les PETITES dernières veulent aussi faire de GRANDES choses !
La petite Susie grandit dans les années 50, à Newark aux États-Unis, dans une famille juive de trois enfants. De trois filles plus exactement : Sandra, Effie et elle, Susie, la « petite dernière ». Et c’est son grand drame d’être la troisième. Seules ses aînées se voient confier de véritables missions par leur mère : préparer les légumes, mettre la table… Elle, elle n’est même pas digne d’éplucher les patates, elle doit se contenter de faire ses devoirs ! Et ses sœurs prennent toute la place : Sandra est « la plus jolie », Effie « la plus drôle ».Que lui reste-t-il de spécial ?

Avis

Susie Morgenstern est une auteure américaine, auteure d’une centaine de livres pour enfants. L’auteure écrit d’habitude en français. Pour La petite dernière, elle a ressenti le besoin de revenir à sa langue maternelle, l’anglais. Le roman est en réalité une autobiographie romancée, où Susie Morgenstern évoque sa jeunesse, dans l’Amérique des années 1950, en tant que petite dernière d’une famille de 3 sœurs. Le roman peut se lire à partir de 10 ans et l’auteure y a inséré quelques jolies illustrations.

Même si ses parents auraient voulu avoir un garçon, cela ne les a pas empêchés de l’aimer et de la chérir. La petite Susie avait du mal a accepter parfois son statut de cadette, elle enviait souvent ses sœurs aînées. Le texte est plein d’humour et de tendresse. Il est facile d’ailleurs de s’identifier à la petite Susie si l’on est, nous aussi, petits derniers d’une fratrie (comme moi).

Que l’on soit adulte ou enfant, certaines scènes vécues par Susie ou certaines de ses pensées nous rappellent notre propre frustration d’enfant cadet d’une fratrie. Cette envie de vouloir les imiter ou encore faire mieux que nos frères ou sœurs.

L’auteure évoque également le quotidien de sa famille juive avec le spectre de la seconde guerre mondiale qui n’est pas si loin que cela. Même si les parents de Susie protégeaient leurs filles de ces événements en interdisant, par exemple, à la petite Susie de ne pas lire Le journal d’Anne Franck, la jeune enfant transgresse cette ordre et se plonge dans le récit. Elle ne peut pas s’empêcher de s’identifier à cette jeune fille qui a vécu l’horreur. J’ai vraiment bien aimé ce lecture.

La petite dernière est un joli récit, intime, drôle et plein de tendresse. malgré une petite touche de tristesse, le roman est indéniablement optimiste et dépeint les jours heureux d’une famille aimante.

Djihane S.

Une réflexion sur “La petite dernière

  1. Pingback: La petite dernière — Les instants volés à la vie – musnadjia423wordpress

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s