Royales

Je tiens à remercier les Editions Hachette pour cette lecture.

Titre: Royales
Auteure: Camille Versi
Éditeur: Hachette
Collection: Young adult
Nombre de pages: 420
Parution : 27/03/2018

Résumé

Margaret est la princesse parfaite, adorée de tous les Anglais. Généreuse, intelligente, polyglotte, cavalière émérite, menant de front des études de littérature, de politique et d’histoire par correspondance… Son secret ? Margaret n’existe pas vraiment. Elles sont seize. Seize sœurs. Seize clones, éduquées à la perfection, créées pour faire rêver un royaume. Mais les temps ont changé… Sur seize clones, il ne devra rester qu’une princesse.

Avis

Dans un futur lointain, en Angleterre, la princesse Margaret est une princesse parfaite. Elle excelle dans bon nombre de domaines et semble toujours donner le meilleur d’elle-même. Derrière cette perfection se cache le secret le mieux gardé du royaume: Margaret est en réalité, 16 clones. L’originale existe-t-elle ou la reine ne présente au peuple que des copies de créatures qu’elle peut modeler à sa guise?

J’ai été attirée par la quatrième de couverture et l’originalité du concept développé par Camille Versi. Pour ceux qui se diront que cela ressemble au film Seven sisters, il n’y a pas vraiment de points communs entre les deux histoires ou très peu. En refermant mon livre, je ne savais vraiment pas quoi penser de ce roman, ni comment retranscrire mon expérience de lecture déroutante. Je ne sais pas comment qualifier mon ressenti sur ce titre car j’ai beaucoup aimé certains aspects de Royales, d’autres m’ont frustrée.

J’ai donc beaucoup aimé le concept du roman et son côté addictif. J’avais envie de découvrir le fin mot de l’histoire et j’étais très curieuse  de savoir comment Margaret-May, la narratrice, et ses soeurs allaient progresser. Il n’y a pas d’action à chaque chapitre mais paradoxalement cela ne m’a pas dérangée car l’accent est surtout mis sur la psychologie des personnages. Les sœurs ont beau être des clones, elles n’ont pas la même personnalité. C’était intéressant de voir comment chacune réagissait aux événements qui ponctuaient leurs vies. Les passages dont le rythme est un peu plus long, instaurent une attente, une certaines angoisse chez le lecteur et quand l’action survient j’ai aimé ressentir cette angoisse s’intensifier car j’avais peur pour l’héroïne.

Ce qui m’a toutefois déconcertée, perturbée et beaucoup frustrée est le paradoxe qui réside dans le fait que j’aimais le personnage de May, je m’y suis attachée mais elle m’a parfois exaspérée. Elle était très naïve et n’était pas très entreprenante, hormis dans de rares occasions. Elle attendait que les choses se passent et je n’aimais pas sa façon de les subir. J’aurais aimé qu’elle s’affirme plus et qu’elle fasse d’autres choix. Je vais être très subjective en disant que la trajectoire prise par l’histoire durant les derniers chapitres n’a pas du tout répondu à mes attentes de lectrice. D’habitude, j’aime les textes audacieux qui osent ne pas aller dans le sens des attentes du lecteur mais ici, le dénouement m’a laissée sur ma faim car j’avais besoin que May se détache du lot et qu’elle devienne badass. Sans oublier le fait que j’avais l’impression que le roman manquait de structure, d’un chapitre à un autre l’histoire peut changer rapidement.

Royales a été une lecture intéressante et frustrante à la fois. D’un côté j’ai aimé le concept developpé par l’auteur, l’accent mis sur la psychologie des personnages et toute cette réflexion sur le statut d’un clone, est-il un être à part entière ou un monstre inhumain?. D’un autre côté, je reste sur ma faim concernant les choix de Camille Versi tout au long de son roman. Cela demeure très subjectif mais pour cette histoire j’avais envie d’avoir une fin plus valorisante et riche en émotion pour un certain personnage.

Djihane S.

Publicités

11 réflexions sur “Royales

  1. Bonjour Djihane, et merci pour cette chronique !
    Au moment où j’ai écrit Royales, je sortais de pas mal de lectures Young Adult où l’héroïne était forcément l’élue/la plus forte/capitale pour l’histoire du monde ; où l’héroïne était une héroïne, donc. C’est assez logique que ce soit le schéma récurrent, mais je trouvais que cela rendait les romans trop prévisibles, et j’ai voulu essayer autre chose… Dans Royales, j’ai donc voulu que même si May est différente d’une certaine manière, elle ne soit pas la plus courageuse (ça, c’est Jane) ou la plus à même d’incarner la princesse (ça, c’est Harriet) ; si elle avait été une héroïne née, cela aurait invalidé une partie du propos du roman.
    Cela dit, avec deux ans de recul, c’est un personnage que j’apprécie moins, parce que je ne lui trouve plus assez de traits saillants. Et ta chronique me conforte dans l’idée qu’il y avait sûrement possibilité d’en faire un personnage plus intéressant. Et donc j’essayerai de faire mieux dans les prochains !
    A bientôt !
    Camille Versi

    Aimé par 2 personnes

    • Merci pour votre message. Votre roman est original et j’ai passé un bon moment même si j’ai été frustrée pour les raisons que cite dans ma chronique et cela prouve que cette lecture ne m’a pas laissée indifférente 🙂 je lirai vos prochains textes avec grand intérêt.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s