Voyage au bout de l’été

Titre: Voyage au bout de l’été
Auteure:
Keiko Nishi
Traducteur: Miyako Slocombe
Éditeur: 
Akata
Nombre de pages: 
190
Catégorie: Shôjo (one shot)
Parution :
11/01/2018

Résumé

Makoto est un fonctionnaire de province on ne peut plus ordinaire. Sa seule passion est de dessiner en secret… des mangas pour filles ! Mais quand un jour Kureha, jeune lycéenne plutôt triviale, tombe sur ses planches et commence à les lire, leur quotidien va basculer. Cette dernière, complètement enthousiasmée et émue par ce qu’elle vient de lire, embarque Makoto de force dans une drôle d’aventure : en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire, les voilà partis en direction de Tokyo, pour présenter le travail de Makoto à un éditeur ! C’est le début d’un voyage qui changera à jamais leurs vies…

Avis

J’ai profité d’une offre lancée par Akata: quelques uns de leurs titre en numérique, à des petits prix, pour acheter ce manga qui me tentait depuis un moment.

L’histoire relate la rencontre de Makoto, un fonctionnaire ordinaire qui a peur d’aller au bout de son rêve de devenir mangaka et de Kureha, une jeune lycéenne qui va justement le pousser à prendre en main son destin. Cela après avoir été émue par le travail de Makoto. Cette rencontre improbable va donner lieu à un périple autour de la publication des manga et une jolie amitié qui va s’installer entre les deux.

D’un côté, j’ai bien aimé l’histoire de ces deux êtres si différents et qui se retrouvent pour influer sur la vie de chacun. Kureha est très dynamique et enthousiaste, elle apportera un vent de folie dans la vie de Makoto. J’ai apprécié ces deux personnages et l’évolution de leur relation. Mais aussi la thématique autour du métier de mangaka. D’un autre côté, je pense être passée à côté de l’autre histoire qui se déroulait en parallèle: celle de la famille de Kureha. Je ne doute pas que Keiko Nishi ait voulu nous transmettre un message à travers ces protagonistes, seulement, cela m’a plus ennuyée qu’autre chose. J’ai donc trouvé que ce manga manquait de structure et on peut vite s’y perdre avec ce va et bien, qui se faisait trop rapidement à mon goût, entre le récit principal et le parallèle.

D’autres éléments m’ont gênée durant ma lecture comme le fait que Kureha se faisait lourdement draguée/harcelée par les hommes. Je n’ai pas apprécié le fait qu’elle soit considérée comme une poupée, un objet de fantasme alors que je lui ai trouvé plus de qualités au-delà de sa beauté.

Voyage au bout de l’été est une lecture plutôt mitigée. J’ai bien aimé l’histoire de Kureha et de Makoto mais je n’ai pas été séduite par l’histoire parallèle. Ce manga est un one shot, j’aurais donc préféré que Keiko Nishi se concentre sur l’intrigue principale pour l’étoffer un peu plus.

Djihane S.

Une réflexion sur “Voyage au bout de l’été

  1. Pingback: Bilan lectures septembre 2019 | Les instants volés à la vie

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s