Kakushigoto, tome 1

Titre: Kakushigoto, tome 1
Auteur: Kohji Kumeta
Traducteur: Ryoko Akiyama
Éditeur: Vega
Catégorie: seinen
Nombre de pages: 208
Parution : 11/04/2019

Résumé

Goto Kakushi fait tout pour cacher à sa fille Hime son travail de mangaka. Dessinant à la maison, il passe son temps à jouer à cache-cache, lui faisant croire qu’il a un emploi classique dans un bureau. Lorsque Hime découvre par hasard la vérité, elle observe son père se débattre dans cette double vie et décide de respecter son besoin de secret, ce qui donne lieu à de nombreux quiproquos.

Avis

Cela fait un  moment que j’ai envie de découvrir ce manga. Ce premier tome relate la drôle histoire de Goto, mangaka qui dessine des manga olé olé. Son but dans la vie est que sa petite fille Hime n’apprenne pas ce qu’il fait.

J’ai adoré ce manga. J’ai passé un excellent moment avec ses personnages hauts en couleurs. Goto est père très aimant et ses tentatives pour cacher son métier à Himé étaient hilarantes. C’est d’ailleurs l’humour omniprésent dans ce titre qui fait sa force. Kohji Kumeta pratique le second degré avec brio.

Petit plus, l’auteur intègre dans son histoire une réflexion sur le métier de mankaka. À la fin de chaque chapitre, une page est consacrée aux « coulisses du métier de mangaka » au Japon. J’ai trouvé la lecture de ces chroniques très enrichissante. Toujours avec un certain humour, Kohji Kumeta nous dévoile des éléments que j’étais loin d’imaginer possibles. Quand on a un manga entre les mains, on est loin de se douter du processus qui les a amenés entres nos mains, que ce métier peut être très ingrat et parfois mal perçu socialement. Même au Japon, il y a d’un côté les grands noms du genre, de l’autre, ceux qui tâchent de se frayer un chemin sur le marché très dur des manga.

Côté graphique, les dessins de Kakushigoto ne sont pas ce qui m’a donné envie de lire ce manga. Au début de ma lecture, il m’a fallu un temps d’adaptation pour m’habituer au coup de crayon de Kohji Kumeta. J’ai grandement apprécié les planches du début et de la fin qui sont en couleur. Toutefois, j’ai trouvé le style de l’auteur un peu fouillis, parfois on peut avoir du mal à se retrouver dans ses cases: trop d’éléments mis en place et le tout n’est pas assez aéré. Mais j’ai bien aimé dans l’ensemble et ce n’est pas cela qui va m’empêcher de lire la suite.

Quand on finit par s’habituer au coup de crayon de Kohji Kumeta, on passe un excellent moment en compagnie de personnages déjantés, d’une histoire totalement loufoque et d’une immersion originale dans le monde des mangakaka. J’ai adoré découvrir ce premier tome et j’espère que la suite sera tout aussi hilarante.

Djihane S.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s