Mes coups seront mes mots

Je tiens à remercier Gallimard jeunesse pour cette lecture.

Titre: Mes coups seront mes mots
Auteurs
:  Ibi Zoboi et Yusef Salaam
Traducteur: Catherine Nabokov 
Éditeur: 
Gallimard jeunesse – On lit plus fort
Catégorie: Young adult
Nombre de pages: 409
Parution: 03/06/2021

Amal, lycéen noir américain, ne vit que pour le dessin, la peinture et la poésie. Il suffira d’une bagarre. Juste une embrouille entre garçons pour que son existence bascule… et c’est la prison pour un crime qu’il n’a pas commis. Ce n’aurait pas dû être son histoire. Pourra-t-il la changer ?
Inspiré de l’histoire de Yusef Salaam, incandescent et vibrant d’énergie, un roman en vers livres comme un direct au cœur.

Avis

Mes coups seront mes mots est un roman écrit en vers libres. J’apprécie ce procédé car je trouve qu’il nous apporte une expérience de lecture unique. L’auteur s’inspire de la vie de Yusef Salaam qui a été impliqué dans l’affaire de la joggeuse de Central Park le 19 avril 1989. 5 jeunes noirs ont été condamnés injustement pour ce crime. Dans ce livre, nous découvrons la condamnation d’Amal pour un crime qu’il n’a pas commis.

Jai beaucoup aimé cette lecture. J’ai apprécié le format du texte et j’ai été émue par le sort réservé au jeune Amal. On ne peut qu’être révolté par l’injustice du système judiciaire américain qui condamne non pas la personne mais sa couleur de peau et ses origines. La prison est d’autant plus traumatisante pour notre héros, lui qui n’aspirait qu’à déclamer sa poésie, peindre et dessiner. Nous suivons donc toutes ses réflexions autour du racisme, de l’esclavagisme, de l’art et de l’écriture. Le livre se lit vite et son texte est percutant car il ne s’encombre pas de fioriture, il va droit au but.

Le personnage d’Amal est complexe. C’est un artiste dans l’âme et il s’exprime à travers ses écrits et ses dessins. Il a toutefois cette part de colère en lui qu’il n’arrive pas à canaliser. Une colère qu’il semble avoir héritée de ses ancêtres. Elle est également la réaction qu’il a face au jugement constant dont il fait l’objet, à cause de sa couleur de peau. Nous retrouvons également, dans ce roman, des personnages attachants comme les amis qu’Amal va se faire en prison, sa professeur de poésie et un poète qui viendra leur raconter son histoire. Cela dit, j’ai profondément détesté le système judiciaire qui broie l’âme de ceux qui ont le malheur d’y pénétrer et certains gardiens qui ne cachent même pas leur haine, leur racisme.

En somme, une lecture engagée que j’ai beaucoup aimé découvrir. Grâce à la belle plume d’Ibi Zoboi et de Yusef Salaam nous découvrons le destin d’un adolescent qui subit de plein fouet l’injustice. Les préjugés raciaux ont malheureusement la dent dure.

Djihane S.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s