Mon coloc d’enfer, tomes 7, 8, 9, 10 et 11 (série terminée)

Titre: Mon coloc’ d’enfer, tomes 7 à 11
Auteur: 
Kaiko Iwashita
Traductrice: Léa Le Dimna
Éditeur: 
Pika
Nombre de pages:
123-127-124-124
Catégorie: 
Shôjo
Parution : 
2020-2022

Résumé tome 1

Miko est lycéenne. Ses parents devant s’occuper de sa grand-mère malade, elle se retrouve à faire de la colocation dans une grande maison appartenant à son oncle. Non seulement elle n’est pas habituée aux tâches ménagères, mais en plus ses colocataires sont tous des adultes un peu bizarres. Le plus âgé d’entre eux, Matsunaga, fait un peu peur à Miko mais s’avère en réalité être quelqu’un de très prévenant.

Avis

Avis tomes 1 à 6

J’ai adoré les 6 premiers tomes de Mon coloc d’enfer et cela a continué à être le cas avec les tomes de 7 à 11, le dernier clôt la série avec beaucoup d’émotions. Lorsque Miko avait emménagé dans la colocation avec ces adultes qu’elle ne connaissait pas, dont un Matsunaga, qui lui faisait peur, la jeune fille a bien grandi et surtout muri. J’ai apprécié toute l’évolution des membres de la colocation et le fait que Kaiko Iwashita nous permettent de tous les découvrir au fil des chapitres. J’ai autant apprécié la romance entre Miko et Matsunaga que les micro intrigues avec les personnages secondaires.

Notre duo principal est hautement mignon. Miko est adorable et nous assistons à son éclosion. Elle est parfois dans des situations où sa sensibilité, dû à sa jeunesse, va être mise à rude épreuve. Elle vit ses premiers émois amoureux face à un adulte qui s’interroge, lui aussi, sur ses sentiments pour elle. J’ai apprécié le fait que le tout soit fait dans le concentrement mutuel. Matsunaga est un protagoniste masculin que j’ai trouvé très bien construit. Il ne cède pas à ses pulsions en se jetant sur cette jolie lycéenne qui s’intéresse à lui. Il m’a touchée en plein cœur: j’ai souri face à son envie de bien faire les choses, d’être « adulte » et son côté enfantin qui ressortait parfois. De plus, une réelle réflexion est amenée sur la différence d’âge dans un couple. De ce fait, la décision qu’il va prendre, quand il réussira à faire le point sur ce qu’il ressent, m’a agréablement surprise. J’avoue ne m’être pas du tout ennuyée au fil des tomes car la mangaka anime cette colocation avec un triangle amoureux que j’ai trouvé touchant, des rapprochements qui arrivent au bon moment, des départs, des nouveaux venus, des larmes et des rires, etc. L’histoire était addictive, vivante et surtout immersive: on a vécu avec cette joyeuse bande, leurs hauts et bas, l’espace d’une lecture.

Kaiko Iwashita réussit à nous toucher avec une romance toute douce, un duo très mignon qui va évoluer sous nos yeux: c’était émouvant, drôle et addictif. Toute la galerie de personnages haute en couleurs me manquera. J’ai adoré!

Djihane S.

2 commentaires

Répondre à Bilan lectures: mai 2022 – Les instants volés à la vie Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s