Boy’s Abyss, tome 01

Je remercie les éditions Kana pour cette lecture.

Titre: Boy’s Abyss, tome 1
Auteur: Ryo Minenami
Traducteur: Sophie Lucas
Éditeur: Kana
Nombre de pages: 18/11/2022
Catégorie: 
seinen
Parution : 192

Résumé

Dans une ville où il ne se passe jamais rien, où chaque jour se ressemble, Reiji Kurose se contente du vide qui caractérise son existence. Tout le condamne à rester dans la même ville : sa famille, ses perspectives d’avenir, ses amis d’enfance…. Jusqu’à sa rencontre avec une idole, il était persuadé que sa vie continuerait ainsi, sans résistance et sans réel pouvoir sur son avenir. Vivre peut-il lui apporter l’espoir ? Se dirige-t-il vers la lumière ? Ou vers les ténèbres ?

Avis

Avec ce résumé bien intriguant et cette magnifique couverture, je ne pouvais que vouloir lire ce titre. Onze tomes sont déjà parus au Japon. Kana fait paraitre Boy’s abyss dans sa collection big, c’est certes plus cher mais nous laisse le plaisir d’admirer, en grand format, le très beau coup de crayon de Ryo Minenami. Je suis fan de son univers graphique et cet accent mis sur les expressions de ses personnages et leur environnement.

Ce premier tome est le genre de lecture déconcertante car on n’arrive pas à trancher pour savoir si l’on aime ou pas. J’ai finalement opté pour la première proposition car cette lecture ne m’a pas laissée indifférente. J’attendrai de lire la suite pour me faire un avis plus définitif mais pour l’instant, j’ai bien aimé l’univers très sombre du manga. L’histoire est déroutante: Reiji Kurose se contente d’une vie qui ne lui plait pas, il fait ce qu’on attend de lui et on a l’impression qu’il est sur pilotage automatique. Comme s’il sentait qu’il n’avait pas le droit de vivre sa propre vie. C’est sa rencontre avec l’idole Nagi, elle-même, perdue dans sa propre existence qui va permettre la remise en question de son quotidien. Il y a un côté dérangeant dans ce récit reflétée par la pression familiale et sociale que les deux héros subissent.

Entre réalisme et une part d’onirisme le lecteur se sentira claustrophobe dans cette petite ville où tout le monde connait tout le monde. On peut sortir déroutée par ce premier tome, cela dit, il m’a donné envie de connaitre la suite et d’en savoir plus sur Reji et Nagi dont le mal-être est palpable à travers les pages. Dans l’ensemble, j’ai bien aimé et tout dépendra des prochains tomes aussi. Jusqu’où Ryo Minenami est-il prêt à aller pour étoffer l’ambiance glauque de son manga.

Djihane.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s