Un Homme …Une Femme

homme femmeNarratrice

Dans une pièce, j’imagine deux êtres debout, l’un près de l’autre, ils ne peuvent se regarder. Un homme, une femme, attendent je ne sais quoi et laissent leurs deux cœurs parler mais  voilant leurs paroles de viles banalités, sauront-ils se reconnaître ? Sauront-ils se retrouver ? Nul ne peut prédire la fin de cette histoire dont vous n’êtes que les spectateurs.

Ils ne peuvent se regarder…

Une  femme

Je ne te connais pas et je ne te donnerai pas mon cœur, qui sait ce que tu en feras, je préfère le garder et l’enfermer dans la forteresse de mon âme, peut être que je ne souffrirais pas.

Un homme

Je ne te connais pas, et je n’ai que faire de ton cœur mais qui sait, peut-être que tu me le donneras.

Une femme

On dit que tu es le monde et que j’en suis l’origine. On dit qu’on est des paires et qu’on ne peut nous séparer.

Un homme

On dit que je suis le roi de ce monde. Il est certain qu’on est des paires mais je ne me sers de toi que pour enfanter les miens. On dit que tu m’es destiné mais je préfère penser au pluriel.

Une femme

Je ne te connais pas et je m’interroge sur mon sort, je suppose que tu t’en fou.

Pourquoi ne me regardes-tu pas ?

Ne sommes-nous pas des paires ?

Un homme

On ne se connaît pas, chacun fait son bout de chemin, qui sait peut-être qu’on finira par nous retrouver

Une femme

On dit que la violence enfante ton monde.

On dit que le chagrin enfante le mien.

Un chagrin causé par les tiens.

Un homme

On dit qu’on blesse autant qu’on est blessé.

On dit qu’on trahit autant qu’on est trahi.

Une femme

Mais tant de fois vous nous repoussez / délaissez.

Un homme

Mais tant de fois vous nous ignorez.

Une femme

Vous nous haïssez

Un homme

Vous nous aimez (en riant) / (se moquant).

Mais vous pouvez aussi nous haïr (triste).

Une femme

Et vous pouvez aussi nous aimer (mélancolique).

Un homme

Ma sensibilité me trahit à chaque fois, je deviens tel un enfant sans défense, un petit garçon. Une sensibilité extrême que je vis comme un  arrêt de mort dans un monde ou les seuls mots d’ordres sont : L’hypocrisie, la jalousie et le mépris.

Vous savez de quoi je parle ? (Au public avec un petit sourire)…

De ce sentiment qui vous donnes des ailes.

Une femme

Ma raison me dicte de m’enfuir, elle me montre l’abime de souffrance dans lequel je ne puis que tomber (prise de panique).

Un homme

Et que te dicte ton cœur ?

Une femme

Mon cœur ? Mon cœur me dit de courir, de m’enfuir le plus loin possible de toi.

Comment veux-tu que je m’ouvre à toi lorsque tout autour de moi me dit que je ne le dois pas.

Un homme

Un jour quelqu’un a dit :

« La peur est le plus terrible des passions parce qu’elle paralyse le cœur et l’esprit ».

Une femme

Un jour quelqu’un a dit que l’amour c’est :

« Se voir le plus possible et s’aimer seulement, sans ruse et sans détour, sans honte ni mensonge, sans qu’un désir nous trompe, ou qu’un remord nous ronge, vivre à deux et donner son cœur à tout moment ».

Un homme

Vous savez ! L’amour est comme une belle rose empoisonnée qu’on contemple sans pouvoir y toucher.

Une femme

Mais nous aimons tant nous enivrer avec le doux poison qu’il laisse couler dans nos veines.

(Elle s’avance et chante)

J’aimerai que tu me gardes dans tes bras,

Et que tu me fasses oublier,

Les tumultueuses années, de mon passé,

De peines et de haines ;

J’aimerai que tu me gardes dans ton cœur,

Et que tu m’y enfermes,

Pour toujours, à tout jamais, à l’infini

Narratrice

Autrefois, il avait un trésor, le plus beau qu’il en soit donné d’avoir. Ce trésor n’était pas parfait, il avait ses défauts certes, mais maintenant il l’a perdu. Savez-vous pourquoi ?

Parce qu’il était trop aveugle pour se rendre compte de sa valeur.

Ce trésor c’est… l’amour d’une femme…c’est comme si le monde arrêtait sa course, juste pour vous, car vous n’êtes plus le roi de ce monde, mais vous êtes le monde à ses yeux.

Malheureusement, un trésor qu’on s’obstine à ne pas voir, finit toujours par disparaître…et sa disparition ravage tout sur son passage.

 De nos jours, il est condamné à vivre dans le néant…son image quant à elle s’effacera petit à petit de sa mémoire, j’en suis consciente.

Mais son cœur, le cœur glacial et insensible qu’il avait gardera des bribes de souvenirs d’elle.

Il était aveugle parce qu’il ne savait pas que l’amour c’est …savoir être soi-même sans artifices ni préjugés, tout simplement se mettre à nu devant l’être aimé.

Djihane S.

3 commentaires

Répondre à Les instants volés à la vie Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s