Mille-failles

milleEditeur : Éditions Denoël

Date de parution : 05-02-2015

 

Résumé de l’éditeur

« François Carré rassemblede courtes chroniques humoristiques autour du thème de la gastronomie pour mieux aborder celui des rapports sociaux. Son pastiche culinaire est un moyen savoureux d’aborder notre difficile relation aux autres et d’épingler les codes rigides qui régissent nos modes de vie. Face au constat accablant du narcissisme et de l’animosité généralisée, l’auteur propose des «recettes» rafraîchissantes permettant de mieux vivre.

Caustiques et pleines de vérité sur le monde, à la façon d’un Stéphane de Groodt ou d’un Philippe Delerm, ces petites chroniques douces-amères sur les tracas du quotidien sont autant de pistes pour inciter à une plus exacte connaissance de soi-même et d’autrui. »

Avis

Mille-failles est un ouvrage atypique, totalement loufoque qui, à travers des métaphores culinaires, décortique nos usages sociaux dont l’individualisme contemporain, notre mal du siècle.

Je dois vous avouer que la lecture de cet ouvrage a été assez déconcertante, même après l’avoir fini je n’arrive pas encore a décidé si j’aime ou pas. Il est donc nécessaire que je vous parle de ce que j’ai apprécié et moins apprécié dans cet objet qui m’a intriguée.

Commençons par ce que je n’ai pas apprécié, il y a certaines recettes avec lesquels je n’ai pas pu accrocher car parfois l’auteur s’engageait dans l’exposé de métaphores longues et complexes qui alourdissent le texte et me donnaient l’impression que le livre contenait plus de pages qu’il n’en avait en réalité.

J’ai donc plus apprécié les recettes où les métaphores et l’écriture étaient fluides et poétiques. C’est un beau texte où l’auteur manie la langue française en jouant avec et en usant d’un humour grinçant. L’originalité de Mille-failles est indéniable et m’a fait penser à La vie mode d’emploi de  Georges Perec.

J’ai également beaucoup aimé le livre, qui est une très belle édition illustrée par Stanislas Zygart.

Le mot de la fin ?

Si vous aimez les textes décalés qui vous invitent cordialement dans une cuisine socialement décadente, qu’on appelle communément la vie, ce livre est pour vous.

 

Une très belle citation.

« Nous nous épuisons sans cesse en effet à nous rejeter le poids de ces fautes les uns sur les autres, alors que c’est au contraire dans leur reconnaissance, dans la réalisation de notre possible cruauté,  dans la vigilance face à l’horreur qu’elle peut enfanter, que réside notre vraie responsabilité, notre qualité d’êtres humains et qui veulent le rester. Car avant d’être bouddhiste, juif, chrétien, musulman ou athée, pâle, basané, noir ou bridé, on est homme, et c’est bien en ce nom-là, d’abord, qu’on agit. » PP. 178-179.

Merci aux éditions Denoël pour cette découverte.

 Djihane S.

Publicités

Une réflexion sur “Mille-failles

  1. Pingback: Sommaire des romans | Les instants volés à la vie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s