Rosemary

rosemary

Je remercie les éditions du Panthéon pour cette lecture.

Titre: Rosemary
Auteure:
Jonathan Charlier
Éditeur:
Editions du Panthéon 
Nombre de pages: 152
Catégorie:
Roman psychologique
Parution: 20/11/2014

Résumé de l’éditeur

Tristan se rêve auteur populaire à succès. Pour divertir son esprit cartésien, il consulte Sophie, une jeune médium. Alors que les cartes promettent un avenir radieux a Tristan, le malheur s’empare de la cartomancienne. Dans leurs spirales contraires, ils se lient d’amitie. Le surnaturel se retourne contre Sophie. Serait-elle devenue la marionnette du destin ?

Avis

Rosemary est un court roman qui se lit d’une seule traite. Au début du livre je me demandais où l’auteur voulait nous amener, on découvre des personnages sans rentrer dans le vif du sujet. Puis au fur et à mesure, l’ennui a laissé place à l’envie de connaître la fin. Finalement, on se rend compte qu’on est pris dans la lecture à un point où on ne peut plus lâcher l’ouvrage, on veut connaître le fin mot de l’histoire. On veut comprendre.

Dans Rosemary, nous avons droit à une histoire centrée principalement sur 2 personnages. Sophie, une médium très solitaire et Tristan, un homme qui ne croit pas au surnaturel, un homme plutôt froid. Sans vrai raison, je n’ai jamais pu aimer Tristan, je trouve cet homme antipathique, il est décrit comme étant un homme poli et bien élevé, mais un gentleman qui ne sourit pas est-il un gentleman ? Selon moi, non. Ça fait tâche et ça me gênerait vraiment de côtoyer une personne comme lui. A l’inverse, je n’ai pas pu m’empêcher d’aimer Sophie, une fille fragile qui voit sa vie se détériorer jour après jour alors qu’elle mérite d’être heureuse. Je pense que Jonathan Charlier a su parfaitement mélanger leur deux mondes si opposés l’un de l’autre pour nous offrir une histoire psychologique forte.

Cette histoire peut paraître plate au début, mais plus la lecture avance et plus on veut comprendre les mésaventures de Sophie. L’auteur nous conte son récit sans rien d’inutile, tout ce qui nous est proposé est utile à la compréhension, rien de plus rien de moins. La lecture en est raccourcie, on va à l’essentiel et ce n’est pas pour me déplaire. Il faut attendre la toute fin, les dernières pages pour comprendre le fin mot de l’histoire, j’aime ce genre de procédé. Jonathan Charlier a su nous tenir en haleine pendant les 152 pages de son roman et sans qu’on s’en aperçoive, c’est fini.

Rosemary est un roman psychologique intéressant avec une fin originale comme je les aime. 

Fabien S.

2 réflexions sur “Rosemary

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s