La concubine russe

La_Concubine_Russe_copie_largeTitre: La concubine russe
Auteure: Kate Furnivall
Traductrice:
Elsa Maggion
Éditeur: Charleston
Nombre de pages: 704
Catégorie:
roman historique
Parution: 07/03/2016

Résumé de l’éditeur

Chine, 1928. Chassée de sa Russie natale par les bolcheviques, la belle Valentine s’est réfugiée avec sa fille Lydia à Junchow, au nord de la Chine. Elles tentent de survivre, aristocrates mais ruinées, méprisées par toute la colonie occidentale de la ville. Très vite, Lydia devient un pickpocket hors pair, mais l’un de ses vols tourne mal. Condamnée à mort, elle est sauvée in extremis par un mystérieux Chinois, Chang An Lo, qui vit dans la clandestinité depuis son adhésion au Parti communiste. Entre eux naît une passion irrésistible, forcément impossible : tout les sépare. Mais les deux amants prennent tous les risques, au péril de leurs vies. Lydia devra alors choisir entre son amour impossible pour un fugitif consumé par ses idéaux et la fuite en Russie pour y retrouver ses racines…
« Une histoire d’amour passionnante. » Kate Mosse, auteur de Labyrinthe

Avis

La concubine russe, un autre titre qui rejoint la collection poche des éditions Charleston. Nous découvrons Kate Furnivall, une auteure anglaise qui nous livre un magnifique hommage à sa mère décédée en 2000. Une mère née en Russie dans une riche famille qui a dû laisser son pays, durant la révolution, pour aller vivre en Chine, en Inde puis en Europe.

Notre histoire débute en 1917, Lydia et sa mère Valentine sont obligées de quitter la Russie pour la Chine afin d’assurer leur survie. Nous les retrouvons en 1928, en Chine tachant, tant bien que mal de survivre. Lydia alors âgée de 16 ans est une véritable tornade, pour assurer à sa mère un minimum de confort, le vol et le mensonge deviennent son quotidien. Sa vie bascule, le jour où elle rencontre Chang, un jeune communiste qui commence par lui sauver la vie.

Lydia et Chang sont mes deux personnages préférés et j’aurai aimé ne suivre que leur histoire. Lydia est une telle force de la nature, le genre de personnage qui vous donne envie de le prendre dans vos bras, de l’admirer pour sa forte personnalité, même si parfois elle vous donne aussi envie de la secouer tellement vous êtes ahuris par son aspect téméraire et inconscient. Lydia réfléchit avec son cœur et elle n’a que sa fougue pour la guider dans sa prise de décisions. Elle serait bien représentée par le feu. Chang, quant à lui, serait l’eau, un fleuve tranquille plein de sagesse, il est là pour apaiser la jeune femme.

Le seul élément qui m’a déplu est le fait que le roman prend son temps pour démarrer, l’auteure enrichit son texte avec beaucoup de détails et de descriptions qui ralentissent le récit. Le fond politico-historique n’était pas forcement une partie que j’ai apprécié non plus mais elle est néanmoins nécessaire et le roman n’aurait pas été pareil sans lui.

C’est la seconde partie du roman qui m’a le plus passionnée et qui m’a permis d’adorer ma lecture. Le cœur serré, nous suivons des rebondissements forts en émotions. J’avais l’impression de voir un film se dérouler sous mes yeux.

Le point fort de ce roman est assurément ces deux personnages principaux Lydia et Chang. Leur histoire est tellement puissante et enivrante. Leur amour est pur, il se dresse contre les convenances et il se renforce jour après jour malgré leurs deux cultures différentes. C’est cette différence qui m’a le plus touchée et séduite car il n’y a pas plus beau que l’amour entre deux êtres qui ne sont pas supposés s’aimer. La fin du roman laisse présager une suite que je lirai avec grand intérêt, espérons qu’elle sera traduite.

La concubine russe est une magnifique histoire d’amour entre deux êtres que tout oppose. Entre amour et trahison sur fond de révolution, on se laisse volontiers embarquer par Lydia et Chang. Que d’émotion. A quand l’adaptation sur grand écran ?

Djihane S.

Lire un extrait

LC 2016

Les avis des copines:

  • Noëlline du blog La pause libraire (à venir)
  • Delphine du blog L’heure de lire (à venir)
  • Cassandre du blog Casscrouton
  • Alison du blog My litte anchor (à venir)
  • Ivana du blog Comme dans un livre (à venir)
  • Sophie du blog C’est quoi ce bazar (à venir)
  • Carene du blog Des mots et moi (à venir)
  • Melusine du blog Carnet parisien (à venir)
  • Sandrine du blog vu de mes lunettes (à venir)

7 réflexions sur “La concubine russe

  1. Pingback: La concubine russe - Kate Furnivall - Casscroutondeslectures

  2. J’ai eu un énooorme coup de coeur pour ce roman ! Je n’ai pas vu les pages défiler (alors qu’il est assez conséquent quand même), bref j’ai adoré ! 🙂 C’est vrai que sur grand écran, ça pourrait être vraiment génial !

    Aimé par 1 personne

  3. Pingback: Tag des copines (33) | aliehobbies

  4. Pingback: Défi littéraire 2016 | Les instants volés à la vie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s