La couleur de la victoire

La-couleur-de-la-victoireSynopsis

Dans les années 30, Jesse Owens, jeune afro-américain issu du milieu populaire, se prépare à concourir aux Jeux d’été de 1936 à Berlin. Cependant, alors qu’Owens lutte dans sa vie personnelle contre le racisme ambiant, les Etats-Unis ne sont pas encore certains de participer à ces Jeux, organisés en Allemagne nazie. Le débat est vif entre le président du Comité Olympique Jeremiah Mahoney et le grand industriel Avery Brundage. Pourtant, la détermination de Jesse à se lancer dans la compétition est intacte…

Bande annonce

Avis

Ces derniers temps, le cinéma nous offre d’excellents biopics sur des femmes et des hommes qui ont marqué l’Histoire mais qui ne sont pas connus par le grand public. Je suis ravie à chaque fois de découvrir une personnalité telle que Jesse Owens qui s’est dressé comme un symbole de lutte contre le racisme.

Jesse Owens est un jeune américain qui a un talent, celui de courir vite, comme si sa vie en dépendait et c’est ce qui lui a valu d’être remarqué par le coach de l’université de l’Ohio où il s’apprête à faire ses études. On admirera sa détermination, il restera tête haute devant l’intimidation et la haine non voilée des blancs et surtout face à un régime des plus extrémistes de l’époque, celui des nazis.

J’ai adoré ce film pour le message fort qu’il met en scène: de tout temps le racisme a existé mais il y aura toujours des hommes pour lutter contre ce fléau. Comme si notre monde était incapable d’accepter l’autre dans sa différence. Que ça soit aux Etats-Unis, en Allemagne dans les années 1930 ou de nos jours, l’humanité semble programmée à haïr. Le film m’a profondément touchée car il n’est jamais facile de voir cette haine même dans une fiction, surtout quand l’on sait que ça a existé et ça continue à exister.

L’histoire a été une totale découverte pour moi car je ne connaissais pas du tout Jesse Owens et j’ai fait en sorte de ne pas me spoiler avant d’aller voir le film. Le biopic a été très bien réalisé et a su faire ressentir au spectateur un large panel d’émotions: J’étais très enthousiasme quand Jesse participait à des compétitions, je stressais et je n’avais qu’un souhait, qu’il gagne! On vit chaque course aussi intensément que notre personnage.

Le film est une réussite aussi grâce à Stephan James qui incarne un Jesse Owens plus vrai que nature. Son jeu est puissant, il arrive à véhiculer beaucoup d’émotions à l’écran, à nous émouvoir. Il formait un excellent duo avec Jason Sudeikis dans le rôle de son coach Larry Snyder qui lui aussi, a été très convaincant dans son rôle. Une très belle amitié est née entre les deux hommes et le lien fort qui va se tisser entre eux est palpable.

La couleur de la victoire est un excellent biopic mettant en scène l’une des plus grandes figures sportives des années 1930. Le premier sportif noir à s’être imposé sur la scène internationale, l’homme le plus rapide du monde de l’entre-deux-guerres. Un symbole de courage et de lutte contre le racisme. Une belle leçon de vie.

Djihane S.

Publicités

4 réflexions sur “La couleur de la victoire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s