La trilogie de la poussière, tome 1 : La belle sauvage

Je tiens à remercier Gallimard jeunesse pour cette lecture.

Titre: La trilogie de la poussière, tome 1 : La belle sauvage
Auteur:
Philip Pullman
Traducteur: Jean Esch
Éditeur: 
Gallimard jeunesse – On lit plus fort
Catégorie: Fantastique, young adult
Nombre de pages: 531
Parution: 16/11/2017

Résumé

À l’auberge de la Truite, tenue par ses parents, Malcolm, onze ans, voit passer de nombreux visiteurs. Tous apportent leurs aventures et leur mystère dans ce lieu chaleureux. Certains sont étrangement intéressés par le bébé nommé Lyra et son dæmon Pantalaimon, gardés par les nonnes du prieuré tout proche. Qui est cette enfant ? Pourquoi est-elle ici ? Quels secrets, quelles menaces entourent son existence ?Pour la sauver, Malcolm et Alice, sa compagne d’équipée, doivent s’enfuir avec elle. Dans une nature déchaînée, le fragile trio embarque à bord de La Belle Sauvage, le bien le plus précieux de Malcolm.Tandis que despotisme totalitaire et liberté de penser s’affrontent autour de la Poussière, une particule mystérieuse, deux jeunes héros malgré eux, liés par leur amour indéfectible pour la petite Lyra, vivent une aventure qui les changera pour toujours.

Avis

Chronique: Les royaumes du nord (tome 1 A la croisée des mondes)

Voici un roman qui est très attendu par les lecteurs de la trilogie A la croisée des mondes, classique de la littérature jeunesse. Quelques années après, Philip Pullman revient avec la trilogie de la poussière, un préquel qui se passe quelques années avant l’aventure de Lyra qui est un bébé dans ce livre. Je conseille la découverte de ce premier tome après la lecture du livre un d’A la croisée des mondes pour éviter d’apprendre un élément essentiel cité dans Les royaumes du nord.

La belle sauvage nous fait découvrir de nouveaux personnages, comme on retrouve d’autres que l’on connaît déjà comme Lord Astriel. Le véritable héros de ce premier tome est un enfant de 11 ans, Malcolm, fils d’un aubergiste. Le jeune homme est très intelligent et curieux, qualités nécessaires pour prendre part à l’aventure qui l’attend. Il va se retrouver au cœur d’une affaire pleine de secrets, d’espionnage et la protection d’un enfant dont on suppose la future importance: Lyra.

Ne vous attendez pas à plonger directement au cœur de l’action. Il sera important de mettre en place quelques éléments nécessaires pour l’histoire et les différents protagonistes qui jouent de près ou de loin un rôle dans le récit. Dès que ce cadre est bien installé, le rythme s’accélère pour nous entraîner dans une quête pour sauver et protéger le bébé Lyra par la belle équipe de Malcolm, son deamon Asta et Alice qui travaille à La truite. Ils auront pour cadre un Londres noyé sous le déluge.

La plume de Philip Pullman est fluide et le roman se lit rapidement. Du haut de ses 531 pages, le lecteur n’a pas le temps de s’ennuyer car l’intrigue est bien ficelée et se décompose en deux parties distinctes: d’un côté, nous avons la découverte ou la redécouverte du monde imaginé par l’auteur, de ses structures comme le Magisterium, de ses objets, comme l’aléthiomètre et quelques nouveautés. De l’autre, nous avons la fuite pour protéger Lyra. Le bébé Lyra est juste adorable et on retrouve dans sa joie de vivre, sa curiosité et son intelligence la jeune fille que l’on connaît déjà.

J’ai beaucoup aimé ce premier tome car il y a cette magie qui opère à la lecture de cette oeuvre. Les enfants, à partir de 10 ans, ne peuvent d’adorer et les adultes se réjouiront de retrouver le monde créé par Philip Pullman ou découvriront un univers très riche et des personnages très attachants. Malcolm, malgré son jeune âge, est un véritable héros. Il va très vite s’attacher à Lyra et déploiera tout son courage et son ingéniosité pour ne pas la laisser tomber entre de mauvaises mains. Ce qui va lui permettre de mûrir et de tisser de belles amitiés.

Ce qui m’a encore une fois frappée dans le texte de Philip Pullman, c’est qu’il a plusieurs niveaux de lecture. Les adultes, en plus de la belle aventure qu’ils liront, l’auteur les pousse à réfléchir sur l’autorité qui peut se transformer en dictature. Dans ce monde, la liberté d’expression est proscrite car jugée trop dangereuse, dans cet univers contrôlé par l’Eglise et ses différents organismes. Cela peut être aussi une bonne leçon pour les petits et les grands de comprendre qu’il faut toujours penser par soi-même et ne pas hésiter à remettre en question l’idéologie dominante, intelligemment bien sûr. Les personnages de Pullman ne sont pas des moutons et j’adore cela.

Le premier tome de la trilogie de la poussière est une belle réussite. Il nous convie dans une aventure haletante et pleine de rebondissements. Du courage, de l’amour et une quête noble portés par une plume immersive. La belle sauvage se termine sur la promesse d’une suite palpitante.

Djihane S.

2 réflexions sur “La trilogie de la poussière, tome 1 : La belle sauvage

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s