Les Confessions de Frannie Langton

Je tiens à remercier les éditions Belfond pour cette lecture.

Titre: Les Confessions de Frannie Langton
Auteure:
Sara Collins
Traducteur: Charles Recoursé
Éditeur: Belfond
Nombre de pages: 408
Catégorie: 
roman historique
Parution : 18/04/2019

Résumé

Londres, 1826. Toute la ville est en émoi. La foule se presse aux portes de la cour d’assise pour assister au procès de Frannie Langton, une domestique noire accusée d’avoir tué Mr et Mrs Benham, ses employés. Pour la première fois, Frannie doit raconter son histoire. Elle nous parle de sa jeunesse dans une plantation de canne à sucre en Jamaïque, où elle a été le jouet de chacun : de sa maîtresse, qui s’est piquée de lui apprendre à lire tout en la martyrisant, puis de son maître, qui l’a contrainte à l’assister sur nombre d’expériences scientifiques, plus douteuses les unes que les autres. Elle nous parle de son arrivée à Londres, où elle est  » offerte  » aux Benham, comme un vulgaire accessoire, de son amitié avec la maîtresse de maison, de leur même appétit pour la lecture, la culture. De leur passion… Elle se dévoile pour tenter de se souvenir de cette terrible nuit, qui lui échappe complètement. Mais une question la ronge sans cesse, comment aurait-elle pu tuer celle qu’elle aime ?

Avis

Les Confessions de Frannie Langton relate l’histoire d’une femme qui n’avait pas le contrôle de son destin. Née esclave, elle finira sa vie dans une prison. On le sait dès le début du roman. Frannie nous raconte comment elle en est arrivée là. Sa vie a été une suite de drame et de déchéance. Chaque étape de sa vie était ponctuée de souffrance.

Je ne sais pas ce qui s’est passé avec cette lecture. Elle avait tout pour me plaire mais hélas, je n’ai pas pu être séduite par ce roman. Dès le début de ma lecture, je n’arrivais pas à m’immerger dans l’histoire. Les drames vécues par Frannie m’ont bien évidemment fait de la peine mais je trouve qu’arriver à un certain nombre de catastrophe, je trouvais que c’était « trop ». On était plutôt dans la surenchère de drame. De plus, il y avait beaucoup de longueurs dans le récit qui me faisaient me détacher bien trop souvent de ma lecture.

Les thèmes traités dans ce roman ne manquent pas d’intérêt. Surtout quand on parle du sort des femmes aux XIXème siècle. Qu’elles naissent riches ou pauvres, elles doivent subir leur vie au lieu de la vivre. Sara Collins évoque, entre autres, l’esclavagisme, l’homosexualité au féminin et bien d’autres thèmes. Encore une fois, à vouloir traiter trop de sujets, l’auteure ne va pas au fond des choses.

Un roman qui aurait pu beaucoup me plaire mais qui n’a malheureusement pas réussi à me séduire. Une surenchère de drames, quelques longueurs et des thèmes trop nombreux pour que Sara Collins puisse aller au bout des choses. 

Djihane S.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s