The boys – Saison 1

Résumé

Hughie, simple vendeur dans un magasin d’électronique de New York, voit sa fiancée se faire tuer brutalement par A-Train, un membre des Sept, un groupe de super-héros populaire. Encore sous le choc, il est approché par Billy Butcher, un homme violent qui lui révèle que Vought International, l’agence qui promeut et défend les Sept, cache au monde les crimes commis par les héros et que ceux-ci sont loin d’être des modèles de vertu. Au même moment, les Sept accueillent une nouvelle recrue, Stella, qui va découvrir la véritable nature des membres du groupe de l’intérieur.

Bande annonce

Avis

The boys est une nouvelle série Amazon originale et le moins que l’on puisse dire c’est qu’elle fait office d’ovni. Cette série n’est pas aseptisée comme beaucoup peuvent l’être.

C’est l’adaptation d’une série de comics du même nom parue d’abord chez DC comics puis annulée et finalement cédée à Dynamite Entertainment parce qu’elle était jugée trop trash. Cela ne l’a pas empêchée de rencontrer son public et un certain succès.

L’idée de base de The boys est simple. Il suffit d’imaginer un monde rempli de super-héros corrompus et d’un groupe d’humains sans pitié pour les combattre. Malgré un problème de rythme et quelques longueurs, j’ai été conquis par la série. J’aime le côté trash des super-héros autant qu’il me dégoûte. Il me semble plus plausible de voir des super-héros corrompus et égoïstes plutôt que parfaits qui ne pensent qu’au bien.

Les épisodes sont longs, une heure minimum, mais il n’y en a que 8 dans cette première saison. La deuxième est d’ailleurs commandée.

Dans ce monde, l’élite des super-héros se nomme « Les sept » et sont rattachés à l’entreprise Vought International qui s’occupe de leur image de marque. Cette élite est une version cynique de la Justice League avec à leur tête Le Protecteur. Imaginez un Superman sans son sens moral, vous obtenez Le protecteur, un super-héros surpuissant sans aucune limite. Il y a aussi Stella, la nouvelle recrue. C’est grâce à elle que nous allons découvrir toute l’étendue de la corruption au sein des sept.

Malgré le ton sombre et trash de la série, elle ne se prend pas vraiment au sérieux et reste très sarcastique. Outre l’humour noir, la série propose aussi une satyre sociale sur les penchants de l’humanité plus particulièrement sur la manipulation des perceptions avec la fabrication de l’image publique des super héros.

Le gros point fort de la série, hormis son pitch, ce sont les personnages ainsi que les acteurs qui les interprètent. Deux personnages forts s’opposent: Le Protecteur joué par Antony Starr et Billy Butcher interprété par Karl Urban. Ces deux personnages sont les leaders de leurs groupes et sont sans pitié. Sans leur interprétation magistrale, la série ne serait pas la même. Ils apportent une touche non négligeable de charisme. Leurs dialogues sont géniaux et certaines de leurs répliques pourraient devenir cultes tellement ce sont de petites pépites.

The boys est une série que je continuerai de regarder. J’ai adoré son ton sombre, son réalisme et sa violence. À noter que la série n’est pas faite pour les âmes sensibles, jeunes ados s’abstenir. Il faut un minimum de recul pour apprécier l’oeuvre.

Fabien S.

Publicités

9 réflexions sur “The boys – Saison 1

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s