Boite aux lettres #355

Hachette romans

Plongez dans ce portrait de l’un des personnages les plus appréciés de Stranger Things, Lucas Sinclair, pour apprendre à mieux le connaître.
Cette aventure passionnante commence là où la saison 3 s’est terminée et donne enfin la parole à Lucas Sinclair, puisqu’il nous raconte son histoire avec ses mots, à lui Lucas affronte les forces du mal qui sévissent dans sa ville depuis le début, mais il en a assez d’évoluer à la marge. Quand, à la rentrée du lycée, Lucas voit se profiler la possibilité d’un autre quotidien, qui ne tournerait pas exclusivement autour des jeux de rôle et des moqueries dont il a toujours été victime, il se demande s’il est vraiment condamné à rester invisible. Après s’être rapproché de l’un des autres rares élèves noirs du lycée, Lucas commence à se découvrir en dehors de son groupe d’amis. Il comprend peu à peu ce que cela représente d’être un adolescent noir à Hawkins.
Sous la plume de Suyi Davies, qui a participé à Black Boy Joy, un recueil de nouvelles célébrant l’enfance de héros noirs, suivez la quête identitaire et amoureuse des personnages de l’univers si riche de Stranger Things, à travers le regard de Lucas Sinclair.

Achats numériques (promo)

Quand Julia débarque comme psychologue à la maison de retraite Les Tamaris, elle ne croit pas plus au bonheur qu’à la petite souris. Pire, une fois sur place, elle se souvient qu’elle ne déborde pas d’affection pour les personnes âgées. Et dire qu’elle a tout plaqué pour se sauver, dans tous les sens du terme.
Au fil des jours, Julia découvre que les pensionnaires ont bien des choses à lui apprendre. Difficile pourtant d’imaginer qu’on puisse reprendre goût à la vie entre des papys farceurs, des mamies fantaisistes et des collègues au cœur brisé… Et si elle n’avait pas atterri là par hasard ? Et si l’amour se cachait là où on ne l’attend pas ?
C’est l’histoire de chemins qui se croisent. Les chemins de ceux qui ont une vie à raconter et de ceux qui ont une vie à construire.          
C’est une histoire d’amour(s), une histoire de résilience, une ode au bonheur.
Un humour décapant, des personnages attachants et une profonde humanité.
En le refermant, on n’a qu’une envie :  celle de se délecter des petits bonheurs qu’offre la vie.





Grandir, pardonner et manger des pâtes.
 » J’ai peur du chiffre quatre. C’est une superstition très répandue en Asie. Le rêve ! Enfin des gens qui me comprennent ! Je devrais peut-être déménager…
– Vous avez beaucoup d’autres phobies ?
– Vous avez combien d’années devant vous ? « 

Anna a peur – de la foule, du bruit, de rouler sur l’autoroute, ou encore des pommes de terre qui ont germé… Et elle est enceinte de son deuxième enfant. Pour affronter cette nouvelle grossesse, elle décide d’aller voir une psy.
Au fil des séances, Anna livre avec beaucoup d’humour des morceaux de vie. L’occasion aussi, pour elle, de replonger dans le pays de son enfance, l’Italie, auquel elle a été arrachée petite ainsi qu’à sa nonna chérie. C’est toute son histoire familiale qui se réécrit alors sous nos yeux…
À quel point l’enfance détermine-t-elle une vie d’adulte ? Peut-on pardonner l’impardonnable ? Comment dépasser ses peurs pour avancer vers un avenir meilleur ?

Quel(s) livre(s) vous tent(ent) ?
Belle semaine de lecture à toutes et à tous
.

2 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s