Archives de tags | Lectrice Charleston 2016

La tente rouge

tente-rouge_Diamant21_copie_largeTitre: La tente rouge
Auteure:
Anita Diamant
Traductrice: Lisa Rosenbaum
Éditeur:
Charleston
Nombre de pages:  412
Catégorie:
roman
Parution: 08/01/2016

Résumé de l’éditeur

Aux confi ns du désert, 1500 av. J.-C., Dina, fi lle du pays de Canaan, seule héritière d’un puissant patriarche, vit dans l’ombre de la tente rouge, cet endroit interdit aux hommes où les femmes de la tribu échangent secrets et rites ancestraux.
Ainsi goûte-t-elle, très jeune, aux fruits défendus : une liberté et une indépendance inimaginables au temps de la Bible. Devenue femme à son tour, Dina succombe aux délices de l’amour et se donne à Shalem, l’homme qu’elle aime, bravant ainsi les interdits de son clan. Cela, les fils de Jacob ne peuvent l’admettre. Par une nuit d’épouvante, le destin de Dina bascule. Elle ne survit qu’en se réfugiant en Égypte.
Là, en terre étrangère, elle enfouira dans sa mémoire les secrets de sa jeunesse pour, un jour peut-être, pouvoir vivre pleinement. Un livre tendre et chaleureux qui explore le passé très ancien de notre civilisation, où le féminin se confond avec le sacré.
Dans la lignée de Marek Halter, l’auteur aux trois millions d’exemplaires vendus. « En donnant la parole à Dina, l’un des personnages féminins silencieux dans la Genèse, l’auteur a permis de trouver un écho chez de nombreuses femmes qui se sont senties exclues de l’histoire biblique. Ce livre célèbre les femmes et les filles, ainsi que les mystères de la vie. »

 

Avis

Les éditions Charleston proposent pour la première fois des romans en poche. Toutefois, le choix des titres demeure dans la même ligne éditoriale. Grâce à cette initiative, est publié La tente rouge d’Anita Diamant, roman aux 3 millions d’exemplaires vendus dans le monde.

La tente rouge est le récit de Dina qui se donne la tâche de relater l’histoire de sa famille et la sienne. Dina et ses quatre mères, Léa, Rachel, Zilpa, Bilha, ses douze frères et son père Jacob, sur la terre de Canaan en 1500 avant JC. Fille unique de Jacob, aimée et choyée par les femmes de la tribu, le lecteur la voit naître et grandir. Découvrir petit à petit sa féminité, son statut de femme, l’amour, ses joies et ses malheurs.

Au début de ma lecture, j’ai ressenti une certaine distance avec ce récit, comme si les siècles qui me séparaient de ce texte, avaient creusé un fossé que je n’arrivais pas à franchir ou que je tentais de franchir péniblement après quelques chapitres. La tente rouge n’a pas su entièrement me séduire mais il ne manque pas pour autant d’intérêt car les thèmes dont il traite ont su me toucher car…

Il y a cette tente rouge, espace dédié exclusivement aux femmes, elles s’y retrouvaient pour fuir les hommes, pour donner la vie ou se réunir. Un titre donc symbolique et lourd de sens car il représente cette fresque qu’Anita Diamant peint à travers les lignes de son roman. Un bel éloge aux femmes et à la féminité, en ces temps immémoriaux, lointains, où une poignée de femmes perpétuaient les traditions ancestrales. Une beauté émanait de cette innocence qui semblait les habiter : avec de simples mots, des mythes et des légendes, elles arrivaient à expliquer le monde. Nul besoin de subterfuges.

Le roman compte bon nombre de personnages, ce qui pourrait un peu dérouter le lecteur mais notons la présence d’un arbre généalogique au début du roman. Parmi ces protagonistes, toute une lignée où les hommes sont décrits comme des dominants. Ils étaient certes plus nombreux mais l’auteure réussit à donner de la force à ses personnages féminins et à leurs voix. Elles sont les gardiennes des traditions et la source de la vie.

La tente rouge demeure un beau texte à découvrir, féminin et féministe. Un magnifique voyage à travers les temps immémoriaux. Un roman qui conjugue l’amour à tous les temps : amour maternel, filial et celui qui uni un homme et une femme leur faisant braver tous les interdits.

Lire un extrait

Djihane S.

Chroniques Charleston

LC 2016

Les années du silence: Dans la tourmente

dans_la_tourmente_les_annees_du_silence_1__c1_large

Titre: Les Années du silence, tome 1, dans la tourmente 
Auteure:
Louise Tremblay d’Essiambre
Éditeur:
Editions Charleston
Parution : 08/01/2016
Catégorie:
roman
Nombre de pages:
448

Résumé de l’éditeur

1942. À l’aube de ses dix-huit ans, Cécile Veilleux doit quitter la ferme de ses parents, dans la Beauce, et son fiancé Jérôme, pour dissimuler une grossesse qui jetterait l’opprobre sur sa famille.

Au même moment, à Québec, la jeune Rolande Comeau est envoyée à l’hôpital de la Miséricorde pour dissimuler une grossesse tout aussi honteuse.

Recluses à l’orphelinat, les deux jeunes filles vont subir les affres du silence. Le silence à garder sur leurs blessures et leur déshonneur, qu’il faut à tout prix cacher. Le silence qui marque brutalement la fin de leur jeunesse. Dans la tourmente, l’amitié entre les deux jeunes filles pourra-t-elle les aider à surmonter ces épreuves ? Et l’amour entre Cécile et Jérôme survivra-t-il, malgré l’absence et la guerre qui se profile ?

Avis

Les années du silence, ma première lecture en tant que lectrice Charleston, fut une expérience intense. Jamais un livre ne m’a autant fait pleurer, bouleversée et brisé le cœur.

Le roman relate la destinée de deux femmes Rolande et Cécile, deux âmes brisées par la vie. Un point commun, leurs grossesses accidentelles qui viennent bouleverser un quotidien déjà pénible. Pour elles, plus rien ne sera plus jamais comme avant. Le lecteur suivra, avec beaucoup d’émotion, leur descente aux enfers, leurs rencontres, leurs peines et rares joies.

Lire Les années du silence, c’est vivre avec des personnages que l’on a envie de consoler, on a surtout envie de pleurer avec eux mais aussi pour eux. On prie pour conjurer ce silence qui fragmente leur vie et qui tourmente leurs cœurs. Nos larmes coulent pour tenter de supporter les souffrances de Rolande et de Cécile.

La plume de Louise Tremblay d’Essiambre est agréable à lire et riche en émotion. Les mots du roman sont puissants et traduisent à la perfection la profonde tourmente qui émane de ce texte. On peut être déconcerté par les dialogues qui sont en Québécois mais on s’y habitude très vite. Cette langue ne nous est plus étrangère, elle devient comme une marque de fabrique, une caractéristique de l’univers particulier de cette œuvre. Toutefois, les dialogues ont été adaptés pour le public français, il n’y aura donc pas de soucis de compréhension.

Les personnages du roman sont tellement réalistes que l’on se demande s’ils ont réellement existé. Ils évoluent au sein d’une époque qui n’offrait pas beaucoup de possibilités aux femmes, elles devaient se taire et accepter leurs conditions même si cela les obligeaient à renoncer à elles-mêmes. A travers les pages, on sent que nos deux personnages subissent leurs vies au lieu de les vivre pleinement. Leurs choix, si l’on peut réellement parler de choix, sont dictés par la nécessité de respecter les apparences.

Les années du silence est un roman d’une puissance à faire couler les larmes des cœurs les plus endurcis. L’histoire poignante de Rolande obligée de porter le poids d’un drame familial qui a brisé son âme en mille morceaux et de Cécile, qui se battait chaque jour pour avoir le droit d’être femme, d’être mère. Toutes les deux se battaient pour avoir le droit à l’amour.

Les années du silence est un magnifique coup de cœur qui m’a bouleversée au plus profond de mon âme. Une histoire d’amour et de silence qui tisse sa toile à travers les années qui passent.

Citations

« Elles ne sont plus adolescente ou enfant. La vie s’est chargée d’en faire des femmes. Deux femmes qui vivent d’espérance, même si la destinée, jusqu’à ce jour, ne leur a pas fait de cadeau. Mais qu’importe! La jeunesse se contente facilement de réorganiser le monde à sa façon, persuadée qu’elle va réussir là où les parents ont échoué. »


« Dès qu’il était question de sentiments, il devenait plus timide qu’une pucelle. Alors pour la femme qu’il aimait, il avait eu ce mot: «Pardon». Le mot qui disait l’excuse autant que l’amour. Et il était sincère, de surcroît. Mais Jeanne avait fait la sourde oreille. Elle n’avait pas vraiment envie de pardonner. Pas envie non plus de voir la tendresse qui se cachait dans cette déclaration malhabile. La blessure au cœur était beaucoup trop douloureuse pour l’oublier aussi rapidement. »


« Il y a rien de plus important que d’aimer. Rien de plus beau que de savoir aimer les siens pis de prendre le temps de leur dire.« 


Djihane S.

Chroniques Charleston

Les avis des copines

♦ Carene: Des mots et moi 

Mélusine: Carnet Parisien 

Alison: My little anchor 

Ivana: Comme dans un livre 

Sandrine: Vu de mes lunettes 

♦ Cassandre: Casscroutondeslectures

Sophie: C’est quoi ce bazar ?

Article des Editions Charleston sur nos avis

LC 2016

La jeune fille sur la falaise

La jeune fille sur la falaiseJe tiens à remercier les Editions Charleston pour cette magnifique lecture.

Titre: La jeune fille sur la falaise
Auteure:
Lucinda Riley
Éditeur:
Editions Charleston
Traductrice:
Jocelyne Barsse
Parution :
06/11/2015
Catégorie:
roman
Nombre de pages:
488

Résumé de l’éditeur

En plein chaos sentimental, Grania Ryan quitte New York pour aller se ressourcer en Irlande, dans la ferme familiale. C’est là, au bord d’une falaise, qu’elle rencontre Aurora Lisle, une petite fille étrange qui va changer sa vie… En trouvant de vieilles lettres datant de 1914, Grania va découvrir le lien qui unit leurs deux familles depuis des années. D’une histoire d’amour impossible à Londres en temps de guerre à une relation compliquée dans le New York d’aujourd’hui, de la dévotion pour un enfant trouvé aux souvenirs oubliés d’un frère perdu, les destins des Ryan et des Lisle s’entremêlent tragiquement depuis un siècle. Mais quel est ce secret à l’origine de près de cent ans de chagrins ? Obsédante, exaltante et bouleversante, l’histoire d’Aurora raconte le triomphe de l’amour sur la mort.

Bande annonce

Avis

J’ai découvert la très belle plume de Lucinda Riley avec le premier tome de sa saga Les sept sœurs: Maïa que j’avais qualifié de coup de foudre littéraire. Depuis l’annonce de la sortie de La jeune fille sur la falaise, je n’avais qu’une hâte, le lire.  Lire la suite