Le lilas ne refleurit qu’après un hiver rigoureux

Je tiens à remercier les Editions Charleston pour cette lecture.

Titre: Le lilas ne refleurit qu’après un hiver rigoureux
Auteure: Martha Hall Kelly
Éditeur: Editions Charleston
Traductrice: 
Géraldine D’Amico
Parution : 
09/01/2018
Catégorie: 
roman historique 
Nombre de pages:
570

Résumé 

À New York, Caroline Ferriday travaille au consulat français. Mais lorsque les armées hitlériennes envahissent la Pologne en septembre 1939, c’est tout son quotidien qui va être bouleversé. De l’autre côté de l’océan, Kasia Kuzmerick, une adolescente polonaise, laisse de côté son enfance pour travailler dans la résistance et faire passer des messages. Mais la moindre erreur peut être fatale. Pour l’ambitieuse Herta Oberheuser, médecin allemand, la proposition que lui fait le gouvernement SS va lui permettre d’enfin montrer toutes
ses capacités. Mais une fois embauchée, elle va se retrouver sous la domination des hommes…
La vie de ses trois femmes va se retrouver liée à jamais lorsque Kasia est envoyée à Ravensbrück, le tristement célèbre camp de concentration pour femmes. À travers les continents, de New York à Paris, de l’Allemagne à la Pologne, Caroline et Kasia vont tout tenter pour que l’Histoire n’oublie jamais les atrocités commises.

Avis

Le lilas ne refleurit qu’après un hiver rigoureux est une fresque historique qui met en scène le destin de 3 femmes. Kasia Kuzmerick, une adolescente polonaise qui s’engage dans la résistance et risque ainsi de se faire arrêter à tout moment. Elle finit dans l’un des plus célèbre camps de concentration pour femmes: Ravensbrück. Herta Oberheuser, femme médecin nazie dont l’ambition mènera dans le camp de Ravensbrück. A force de vouloir prouver sa valeur, elle y perdra son âme. Et, finalement, Caroline Ferriday, américaine francophile, travaille dans un consulat français et elle se donne corps et âme pour venir en aide aux français et tous ceux qui ont en besoin.

L’histoire se déroule entre 1939 et 1959. J’ai été frappée par la richesse du texte de Martha Hall Kelly. Au fil des pages, le lecteur découvre toute l’étendue des recherches menées par l’auteure pour écrire son livre. La qualité documentaire du roman est indéniable et se dire que toutes ces horreurs ont réellement existé, donne froid dans le dos. Je vous avoue que certaines scènes n’étaient pas faciles à lire: le réalisme du roman est tel, que je me suis retrouvée en totale immersion dans cette époque noire de notre histoire.

Le récit est narré à travers 3 points de vues, 3 personnages féminins qui vont nous faire voyager de New York à Paris, en passant par l’Allemagne et la Pologne. Martha Hall Kelly a su nous offrir une histoire construite d’une manière intelligente et originale. C’était intéressant de voir comment les Etats-Unis ont vécu la seconde guerre mondiale. J’étais sidérée devant leur refus d’entrer en guerre et leur capacité à faire la sourde oreille devant la souffrance de l’Europe. Il leur a fallu être touchés en plein cœur, avec Pearl Harbor, pour enfin se réveiller.

Aux Etats-Unis, on suit le personnage de Caroline, très humaine. Sa philanthropie va l’amener à mener de bien braves combats pour les plus opprimés. J’étais en admiration devant son courage et sa détermination. Un personnage qui m’a beaucoup touchée car elle a dédié sa vie aux autres.

Quand on pense à la seconde mondiale, on pense forcement à l’antisémitisme et au massacre du peuple juif. Encore une fois, l’auteure m’a surprise en se focalisant essentiellement sur le sort des Polonais ou plus précisément des polonaises du camp de concentration de Ravensbrück. Ce que ces femmes ont subi, les expérimentations pseudo scientifiques sur elles, m’ont donné envie de crier. Kasia a subi des traumatismes si profonds que j’ai été très ébranlée, même après avoir fini ma lecture. J’ai admiré le courage avec lequel elle y fait face. C’est un personnage qui m’a touchée en plein cœur.

Les chapitres qui étaient les plus troublants à lire ou les plus révoltants ce sont ceux de Herta. La femme médecin nazie qui a réellement existé. L’auteure a fait un travail incroyable sur la psychologie de ses personnages et encore plus sur celui d’Herta car elle était dans le camp des méchants. Comment peut-on justifier le bien fondé d’une mission d’extermination et de torture d’autres êtres humains? Qu’est-ce qui se passait dans le cerveau de ces personnes qui suivaient Hitler aveuglement pour la supposée gloire de l’Allemagne. J’ai profondément haï Herta! Elle me dégouttait.

C’est une claque littéraire que j’ai reçue en lisant Le lilas ne refleurit qu’après un hiver rigoureux. Un récit puissant, poignant, d’un réalisme saisissant et une magnifique plume. A travers Kasia, Caroline et Herta, nous avons toutes les facettes de l’être humain qui se donnent à voir. C’est un arc-en-ciel émotionnel que j’ai ressenti en lisant ce magnifique texte. Un gros coup de cœur pour une fresque historique et émotionnelle. Elle met en scène la noirceur de l’âme humaine mais également la beauté de la solidarité féminine. A lire d’urgence!

Citations

« Je sentais la faim remplacer l’amour que je ressentais naguère. »

« Je suppose que, quelque part dans un coin de nos cœurs, nous avons toujours 20 ans. »

« C’est un miracle, tant de beauté qui émerge après tant d’épreuves. »

Djihane S.

Publicités

8 réflexions sur “Le lilas ne refleurit qu’après un hiver rigoureux

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s