Glass

Synopsis 

Peu de temps après les événements relatés dans Split, David Dunn – l’homme incassable – poursuit sa traque de La Bête, surnom donné à Kevin Crumb depuis qu’on le sait capable d’endosser 23 personnalités différentes. De son côté, le mystérieux homme souffrant du syndrome des os de verre Elijah Price suscite à nouveau l’intérêt…

Bande annonce

Avis

Glass est le troisième et dernier film de la trilogie sur des super-héros d’un autre genre de M. Night Shyamalan. Javais déjà adoré le second opus Split dans lequel James MacAvoy m’avait bluffée avec ses 23 personnalités. Il faut savoir que le premier film de cette production est Incassable sorti en 2000 avec Bruce Willis et Samuel L. Jackson. Tous les personnages sont réunis dans Glass pour un final explosif.

Un médecin croyant pourvoir guérir David Dunn, l’homme incassable, Kevin Crumb, l’homme aux 23 personnalités dont une animale et Elijah Price, l’homme à l’intelligence hors norme, les réunit dans un hôpital psychiatrique. Son objectif? Les convaincre qu’ils se prennent pour des super-héros et qu’ils ne sont que des personnes ordinaires, malades.

Regarder Glass a été jouissif, j’ai eu un beau coup de cœur pour ce film d’anti-héros qui ne se soucient pas de faire le bien autour d’eux. Quand ils ont un objectif en tête, ils se donnent les moyens d’y parvenir, même si au cours du chemin, il y a des dommages collatéraux. J’adore la conception des super-héros ou des personnes dotées de pouvoirs hors norme de M. Night Shyamalan. Ils existeraient dans notre réalité et les comics ne font que retranscrire ce qui existe ou existait sur ces êtres spéciaux.

Glass est réalisé intelligemment, on ne peut pas deviner ce qui va survenir et quand les révélations arrivent on est surpris de ne pas avoir pu voir ce qui était sous notre nez ou encore subjugué par la complexité des machinations imaginées par M. Night Shyamalan. L’histoire est très addictive et dynamique. La mise en scène parfaitement orchestrée et surtout bien maîtrisée.

Le clou du spectacle ce sont les personnages décalés et atypiques du film. Oscar pour James  MacAvoy qui s’est transformé, encore une fois, en caméléon capable de changer de personnalité en quelques secondes. C’est toujours aussi impressionnant de le voir les enchaîner. Cet acteur est un pur génie. La vf est excellente car j’adore les différentes voix et leurs nuances que le doubleur maîtrise à la perfection. Une performance magistrale pour notre cher James.

Un beau coup de coeur pour Glass. Jouissif, addictif, surprenant et psychédélique. Mention très spéciale pour l’extraordinaire performance de James MacAvoy, un pur génie.

Djihane S.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s