La maison des oiseaux

Je tiens à remercier les Editions Milan pour cette lecture.

Titre: La maison des oiseaux 
Auteur: 
Allan Stratton
Traductrice: Sidonie Van den Dries
Éditeur: Milan/ Page turners
Nombre de pages: 352
Catégorie: 
young adult, contemporain
Parution : 29/05/2019

Résumé

Harcelée par sa cousine, rejetée par ses camarades et incomprise de ses parents, Zoe Bird entretient une relation très forte avec sa grand-mère, qui semble pourtant perdre peu à peu la tête. La réalité crue et les secrets de famille bien enfouis vont s’inviter sur leur chemin…

Avis

J’avais découvert la plume d’Allan Stratton avec L’échappée que j’avais adoré. Un roman psychologique, dérangeant et fort en émotions. Avec la maison des oiseaux, l’auteur nous prouve, encore une fois, son immense talent quand il s’agit de nous offrir des personnages travaillés au bistouri.

Zoe Bird est une adolescente qui se sent rejetée par tout le monde: harcelée à l’école et dans la vie, par ses camarades et sa cousine que tout le monde considère comme parfaite, incomprise par ses parents… le seul endroit où elle trouve refuge, c’est dans la maison de sa grande-mère dont les signes de l’alzheimer se manifestent de plus en plus. Elle sera prête à tout si l’on veut la séparer de sa mamie.

J’ai adoré cette lecture, elle n’est pas loin du coup de cœur d’ailleurs. Allan Stratton ne prend pas de gants et ne ménage ni son héroïne, ni son lecteur, c’était même parfois dur à lire. L’auteur arrive à nous haire haïr la famille de Zoe car la manière dont ils la traitent, comme si elle était une moins que rien, est révoltante. J’ai eu de la peine pour cette adolescente, qui, malgré tout restait forte face à tant de rejet. Elle avait une personnalité solaire et sa relation avec sa grande-mère était tellement attendrissante. J’ai eu un coup de cœur pour elle.

L’auteur traite de thématiques intéressantes qui ne peuvent qu’interpeller ses lecteurs: adolescents ou adultes y trouvent leurs comptes: Alzheimer et ses conséquences, relations familiales conflictuelles, les sentiments d’abandon ressentis par une adolescente et une grande-mère, le harcèlement, la famille et bien d’autres encore.

La maison des oiseaux est un roman triste et magnifique à la fois. Zoe et sa grande-mère m’ont touchée en plein cœur. J’ai versé quelques larmes, notamment à la fin du récit qui m’a bouleversée, toute cette histoire m’a en réalité émue. Tendresse et haine cohabitent et on se demande laquelle des deux va gagner. La plume d’Allan Stratton est poétique et il accorde un soin particulier à la psychologie de ses personnages. Un roman psychologique percutent à lire d’urgence. J’ai adoré.

Citation

« La vie est un livre d’histoires. Nos histoires dépendent de ce qui se passe ou pas; de ce que nous savons ou pas; de ce que nous oublions et pourquoi. Ce qui rend la vérité difficile à raconter. Parce que le passé ne reste jamais immobile: il change au fil du temps. »

« Je pense surtout aux histoires que nous avons partagées: celles qui me traversent l’esprit comme un morceau de musique qu’on n’oublie jamais. »

Djihane S.

Publicités

2 réflexions sur “La maison des oiseaux

Répondre à Les instants volés à la vie Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s