Harley Quinn breaking glass

Titre: Harley Quinn breaking glass
Auteurs:
Mariko Tamaki et Steve Pugh 
Éditeur: 
Urban links
Nombre de pages: 200
Catégorie:
roman graphique
Parution : 15/05/2020

Résumé

C’est avec une bonne dose d’insouciance mais à peine cinq billets verts en poche que la jeune Harleen Quinzel débarque, seule, dans l’une des villes les plus dangereuses du monde : Gotham City. Du haut de ses quinze ans, et de pas mal de mauvaises expériences, rien ne semble pouvoir l’impressionner. Recueillie par Mama, une drag-queen au cœur d’or, Harleen apprivoise sa nouvelle vie, sa future meilleure amie Ivy et les nouvelles problématiques qui s’imposent à elle : injustice, intolérance, violence… Aussi, quand le cabaret de sa bonne fée Mama devient la nouvelle victime d’entrepreneurs sans état d’âme, Harleen change de ton. Pour autant, une question reste en suspens : mettre sa rage au service de l’action, oui, mais aux côtés de qui ? La militante pacifiste Ivy ou l’anarchiste et très énigmatique Joker ?

Avis

Quand Harleen Quinzel, adolescente, débarque à Ghotham City, elle est recueillie par une drag-queen nommée Mama. Dans son nouveau lycée, elle fait tout pour devenir l’amie d’Ivy. Autour d’elle, elle découvre l’injustice, l’intolérance, la violence et le sexisme. Elle ne peut plus se taire, la jeune fille se révolte.

J’ai tout simplement adoré ce roman graphique, il frôle le coup de cœur. Moi qui suis déjà fan d’Harley Quinn et qui lis ses comics, j’ai trouvé que cette lecture était rafraîchissante. On reconnait les traits d’Harley Quinn mais les auteurs ont réussi à lui insuffler une nouvelle jeunesse. Il agrémentent sa personnalité de plus de profondeur: elle est toujours ce personnage pétillant et un poil déjanté, ici, mais je trouve qu’elle a un côté mâture qui donne une autre dimension à son histoire. Ils ne se concentrent pas seulement sur son côté décalé mais ils développent aussi la psychologie complexe de l’héroïne.

En parlant de l’histoire de ce one-shot, je l’ai trouvée bien développée et elle aborde des thématiques engagées autour de la discrimination de la communauté LGBT, de l’oppression des riches qui détiennent du pouvoir pour agir sur la vie d’autrui,  et plus encore. Ce volume nous divertit autant qu’il nous fait réfléchir. J’ai été ravie que l’association de Mariko Tamaki et Steve Pugh donne lieu à un ouvrage abouti, passionnant et différent de ce que l’on a l’habitude de lire sur Harley Quinn. De plus, la qualité graphique est sublime: le jeu des couleurs assez sombres est en totale adéquation avec l’univers développé. Le trait des dessins et celui des personnages est net et précis. Un coup de crayon qui m’a tout de suite séduite.

On retrouve de nouveaux comme des personnages emblématiques de l’univers d’Harley Quinn. Encore une fois, abordés autrement. Ils m’ont tellement fascinés que j’avais envie d’en lire plus. La fin du roman graphique propose une conclusion mais avec une ouverture. Si seulement je pouvais continuer de découvrir la Harley de Mariko Tamaki et Steve Pugh pour laquelle j’ai eu un coup de cœur.

Un tome unique pour un roman graphique fascinant et passionnant que j’ai adoré. J’ai eu un coup de cœur pour cette Harleen Quinzel adolescente tout en nuance, à travers laquelle on reconnait Harley Quinn mais avec plus de profondeur. Une histoire abordant des thématiques engagées et un univers graphiques magnifique.

Djihane S.

4 réflexions sur “Harley Quinn breaking glass

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s