Je ne meurs pas avec toi ce soir

Je tiens à remercier les Editions Milan pour cette lecture.

Titre: Je ne meurs pas avec toi ce soir
Auteurs: Kimberly Jones et Gilly Segal
Traducteur: 
Éditeur: 
Milan/ Page turners
Nombre de pages: 232
Catégorie: 
Young adult
Parution : 24/06/2020

Résumé

Lorsqu’une dispute entre un lycéen noir et un lycéen blanc se transforme en émeute raciale et gagne la ville, Campbell, blanche, et Lena, noire, camarades qui se connaissent à peine, fuient le lycée et traversent la ville ensemble pour aller retrouver le petit ami de Lena. Ces heures angoissantes sont pour elles l’occasion d’apprendre à se connaître et à dépasser leurs préjugés.

Avis

Une dispute entre deux lycéens à cause d’une insulte raciale se transforme en émeute. L’effervescence gagne même la ville. Dans ce contexte une lycéenne blanche, Cambell et une lycéenne noire, Lena, vont devoir s’allier pour fuir tout cela.

J’ai été attirée par ce titre parce qu’il évoque un thème fort et toujours d’actualité: le racisme aux Etats-Unis. Angie Thomas, l’auteure de The hate u give le recommandait donc je n’ai pas hésité. Toutefois, cette lecture est loin d’être la claque qu’a été The hate u give. Je n’ai pas été séduite par Je ne meurs pas avec toi ce soir parce que j’ai trouvé qu’il manquait de profondeur et d’émotions.

Nous avons les héroïnes qui s’associent malgré leurs couleurs de peaux différentes. Pour cela elles doivent passer outre les préjugés qu’elles ont. Je n’ai pas pu m’attacher à elles car j’avais l’impression qu’il y avait d’un côté les émeutes et de l’autres côté leur fuite motivée par la peur et des aspirations égoïstes. Lena n’avait qu’une seule idée en tête rejoindre son petit ami, même si elle devait mettre sa vie et celle des autres en dangers. Elle n’avait que Black à la bouche et ça a fini par m’exaspérer. Cambell, ne voulait que courir se mettre à l’abris. Au niveau de leur discours, nous avons droit de temps à autre à des réflexions sur le racisme mais dans l’ensemble j’ai trouvé que c’était assez cliché et pas profond.

L’histoire en elle-même aurait pu être plus intense si les héroïnes ne donnaient pas l’impression d’être dans leur bulle hors de ces émeutes. J’aurais aimé voir plus d’implication de leur part et peut être un combat qui m’a manquait. Une réelle prise de position pour défendre leurs idées. Peut être que le roman était trop court pour aller plus loin. J’étais révolté de voir comment les choses peuvent autant déraper et l’incommunicabilité entre les forces de l’ordre et le peuple. Je regrette que la violence ne réponde qu’à la violence. Cela est peut être plus proche de la réalité mais je sais qu’il existe des militants des Black lives matter qui essayent de faire entendre leur voix sans piller et tout casser. Il m’a manquait des émotions dans ce roman mais il y a bien une seule qui prédomine c’est la haine. L’association de Campbell et de Lena peut apporter un soupçon d’espoir mais elle n’est pas assez développée à mon goût.

Un roman avec une thématique forte qui n’est hélas pas assez abouti. Il manquait de l’émotion, de la profondeur et un engagement ou même un réel combat de la part des héroïnes que j’ai trouvées superficielles. Cela reste mon ressenti, n’hésitez donc pas à vous en faire le votre.

Djihane S.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s