Happy Land, tomes 1 et 2 (série terminée)

Je remercie les éditions Omaké manga pour cette lecture.

Titre: Happy land
Auteur
: Shingo Honda 
Traducteur: 
Julie Stephan 
Editeur: Omaké manga (Michel Lafon)
Catégorie: 
 Seinen
Nombre de pages: 180/208
Parution :
 20/10/2022

La famille Komiya est une famille sans histoire : les deux parents s’aiment et sont aimants envers leurs deux enfants. Ces derniers sont de brillants élèves et en bonne santé. Bref, en apparence, une famille idéale qui avait tout pour être heureuse ! C’est du moins ce qu’ils croyaient jusqu’à ce que le père décide d’emmener la petite tribu passer une journée au parc Happy Land. Dans ce parc aux attractions extrêmes, les secrets les plus inavouables vont surgir et faire exploser les faux-semblants. Littéralement…

Avis

La famille Komiya est une famille sans histoires et heureuse. Après s’être trompés de chemin, les Kimiya se retrouvent à Happy Land, un parc d’attraction gratuit. Après avoir été accueilli par un homme avec un masque de lapin, les visiteurs découvrent que les attractions sont mortelles…

J’ai adoré cette lecture! Je me suis pris une belle claque par ce survival game surprenant et qui donne froid dans le dos. En effet, pénétrer dans ce parc d’attractions, c’est prendre le risque de voir ses secrets les plus inavouables mis sur le tapis. Chaque famille se retrouve sur le banc des accusés et tous les faux-semblants se fissurent pour finir par exploser sous nos yeux. Autant vous prévenir, l’ambiance est très sombre, glauque et malsaine. Tout cela n’est néanmoins pas gratuit: la critique sociale qui se profile derrière tout cela est grinçante de vérité. La famille est déconstruite dans tous les sens du terme pour mettre à mal le jeu des apparences auquel on s’adonne. J’ai toujours été fascinée par ce genre d’histoires qui jouent avec la nature humaine. Qu’advient-il quand on supprime le filtre ou le cadenas qui verrouille nos pulsions les plus primitives?

Que dire des attractions dont l’originalité et l’ingéniosité qui montent crescendo ? Elles valaient bien des personnages qui ne sont pas là pour être attachants. Quand les masques tombent, leur cruauté n’a d’égale que leur folie. Là aussi, j’ai eu la chair de poule face aux agissement de chacun d’eux. Le final, quand à lui, je ne m’y attendais pas du tout. C’était grandiose! J’avoue que Shingo Honda a su me tenir en haleine, du début jusqu’à la fin. Le rythme est effréné et le mangaka, réussit à nous offrir une lecture intense qui est complète en deux tomes.

Un scénario diaboliquement bien ficelé et qui ne manque pas d’originalité. Des personnages qui sont prêt à tout pour survivre et des antagonistes qui font froid dans le dos. Je ne regarderai plus d’ailleurs les contes de mon enfance de la même manière, maintenant que j’ai vu certains des animaux héros de certains contes être aussi sadiques! Je n’oublie pas non plus l’excellent univers graphique qui met l’accent sur l’expressivité des visages des protagonistes et les scènes à vous retourner le cœur qui sont illustrées avec soin. Oserez-vous suivre le lapin blanc ?

Djihane.

Un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s