Archives de tags | Victoria Aveyard

Red queen, tome 3 : King’s Cage

Merci à la collection MSK pour cette excellente lecture.

Titre: Red queen, tome 3 : King’s Cage
Auteure: Victoria Aveyard
Traductrice: Alice Delabre
Éditeur: MSK
Catégorie: Fantasy
Nombre de pages: 600
Parution : 26/04/2017

Résumé

Mare Barrow a échangé sa liberté contre celle de ses amis. Retenue prisonnière par l’homme qu’elle aimait autrefois et désormais roi, Maven, elle est dans l’incapacité d’utiliser son pouvoir et subit maintes humiliations et mauvais traitements.
Pendant ce temps, la rébellion continue de s’organiser, de s’entraîner et d’étendre son influence, plus que jamais décidée à lutter contre l’oppresseur. Mais en l’absence de la faiseuse d’éclairs, qui mènera cette armée au bout de son ambition ?

Avis Lire la suite

Publicités

Top 11: mes lectures préférées de 2016

Après une longue et fastidieuse réflexion, j’ai pu enfin choisir un top 11 de mes lectures préférées de 2016. Mon choix s’est arrêté sur 14 livres qui ont marqué mon année. Une très belle année livresque car j’ai beaucoup lu et de tout. Ce top représente bien mes goûts éclectiques: romans historiques, Fantasy, romans young adult, jeunesse, etc. Tous les romans de mon classement sont des coups de cœurs sauf ceux du top 3 qui sont des coups de foudre.

top-2016 Lire la suite

Glass sword (Red queen, tome 2)

Glass swordMerci à la collection MSK pour cette excellente lecture.

Titre: Glass sword
Auteure: Victoria Aveyard
Traductrice: Alice Delabre
Éditeur: MSK
Catégorie: Fantasy
Nombre de pages: 476
Parution : 10/02/2016

Résumé de l’éditeur

Mare Barrow a le sang rouge, comme la plupart des habitants de Norta. Mais comme les seigneurs de Norta, qui se distinguent par leur sang couleur de l’argent, elle possède un pouvoir extraordinaire, celui de contrôler la foudre et l’électricité. Pour les dirigeants de Norta, elle est une anomalie, une aberration. Une dangereuse machine de guerre. (Ne lisez pas la suite du résumé si vous n’avez pas lu le tome 1).
Alors qu’elle fuit la famille royale et Maven, le prince qui l’a trahie, Mare fait une découverte qui change la donne : elle n’est pas seule. D’autres Rouges, comme elle, cachent l’étendue de leurs pouvoirs.  Traquée par Maven, Mare fait face à sa nouvelle mission : recruter une armée, rouge et argent. Aussi rouge que l’aube, plus rapide qu’un éclair d’argent. Capable de renverser ceux qui les oppriment depuis toujours.
Mais le pouvoir est un jeu dangereux, et Mare en connaît déjà le prix.

Avis

Le tome 1 de la saga Red queen a été un immense coup de cœur, son univers original, prenant m’avait complètement transportée et conviée dans un monde duquel je ne voulais pas sortir. Heureusement que le tome 2 est arrivé très vite entre mes mains.

Glass sword (L’épée de verre) nous plonge dans l’action dès les premières lignes. La spécificité de ce tome est d’ailleurs cette enchaînement de rebondissements et d’événements à un rythme effréné. Une suite d’une richesse qui renforce votre adhésion à l’univers addictif de Victoria Aveyard. Nous reprenons l’histoire exactement où nous l’avions laissée dans le premier tome. De nombreux personnages rejoignent l’aventure, une aventure qui mettra Mare devant plus d’épreuves. Le personnage a évolué, elle n’est plus cette jeune fille fragile du tome 1, Mare se transforme en véritable guerrière et un leader très charismatique. Mais ce que j’ai le plus apprécié est que face à tant de responsabilités, Mare a gardé une part de doute en elle, elle est humaine et ne cesse de penser à tous ceux qui sont tombés pour ou à cause d’elle.

« Je suis une épée née des éclaires, du feu de Cal… et de celui de Maven… je ne crains pas de souffrir. »

Mare est un personnage fort dans cette saga, elle brille de mille feux auprès de Cal, un personnage inoubliable. Dans Glass sword Cal semble plus fragile, il n’a pas perdu de sa superbe mais il est obligé de porter sur ses épaules, un lourd poids. On retrouve donc un Cal plus incertain, un mélange de force et de fragilité.

Dans ce tome nous assistons à une évolution très intéressante des différents personnages qui peuplent le roman. Les épreuves qu’ils ont traversées vont les marquer et forger leur détermination. On n’est pas non plus au bout de nos surprises, ennemis et amis, nul n’est à l’abri d’une trahison. Ce qui fait la force de ce second tome est que même le lecteur se mettra à douter de la loyauté des uns et des autres. L’auteure arrive à nous angoisser, on lit Glass sword la peur au ventre. On reste à l’affût des nouveaux rebondissements, j’avais réellement l’impression de prendre part à l’histoire. Cela va être dur d’attendre le tome 3 surtout avec une telle fin…

« Si je suis une épée, je suis une épée faite de verre, et je sens que je commence à me briser. »

Glass sword continue à alimenter ce contraste des différentes facettes de ses personnages, ils peuvent être forts et fragiles à la fois, amis et traîtres, courageux et lâches, etc. une chose est sûre, ce roman est un immense coup de cœur. Tous les ingrédients sont présents pour faire de ce second tome une réussite: Une histoire palpitante et des rebondissements surprenants servis par une plume complètement addictive. Un univers original, intense, atypique entre dystopie et fantasy.

« N’importe qui peut trahir n’importe qui. »

Djihane S.

Challenge jeunesse/ Young adult

logo_challenge_5

Défi littéraire 2016

défi littéraire 2016

Red Queen, tome 1

red queenTitre: Red Queen
Auteure: Victoria Aveyard
Éditeur: MSK
Catégorie: Fantasy
Nombre de pages: 444
Parution : 11/03/2015

Résumé de l’éditeur

Dans le royaume de Norta, la couleur de votre sang décide du cours de votre existence. Sous l’égide de la famille royale, les Argents, doués de pouvoirs hors du commun, règnent sur les Rouges, simples mortels, qui servent d’esclaves ou de chair à canon.
Mare Barrow, une Rouge de dix-sept ans, tente de survivre dans une société qui la traite comme une moins que rien. Quand elle révèle sans le vouloir des pouvoirs extraordinaires et insoupçonnés, sa vie change du tout au tout. Enfermée dans le palais royal d’Archeon et promise à un prince argent, elle va devoir apprendre à déjouer les intrigues de la cour, à maîtriser un don qui la dépasse, et à reconnaître ses ennemis, pour faire valoir l’indépendance de son peuple.

Avis

Je suis toujours fascinée par les univers qui sont créés par les auteurs des littératures de l’imaginaire. Certains sont plus élaborés que d’autres mais la vision d’un monde créé de toute pièce, avec ses propre caractéristiques et imprégné de magie vous laisse rêveur. Red Queen fait partie de cette catégorie de romans de fantasy, à l’univers prenant et fascinant. Les mots me manquent pour décrire cette histoire extraordinaire dont vous vivez chaque mot. Victoria Aveyard m’a offert un magnifique coup de cœur.

Un fossé sépare le peuple des rouges de celui des argents. Les premiers sont dominés, esclaves et condamnés à se soumettre, les seconds, dominateurs, maîtres du monde et jouissent de tous les privilèges. Au milieu de ce chaos, Mare, jeune fille de 17 ans qui pour survivre, n’a d’autre choix que de voler. Elle n’a pas de métier alors à ses 18 ans, elle sait qu’elle sera enrôlée de force dans l’armée, pour cette guerre insensée que les Argents mènent contre une autre nation de leurs semblables. Une suite d’événements, va la faire accéder au monde des privilégiés, une rencontre puis une autre, tout s’enchaîne si vite… Kilorn, Cal, Maven, Julian…. rien ne sera plus jamais pareil.

Si Red queen était une recette, je dirai qu’elle a été parfaitement réussie. L’histoire qui nous est contée est riche, très bien élaborée et impressionnante. L’auteure a le souci du détail et laisse son monde se construire sous nos yeux, on y adhère petit à petit et on apprend à le comprendre. Victoria Aveyard nous présente une humanité qui a évolué, une partie a développé des pouvoirs surhumains, l’autre est restée en bas de l’échelle de l’évolution. Le fantôme de l’ancien monde tel que nous le connaissons est présent dans le texte, on ne sait d’ailleurs pas ce qui a amené ce changement radical de civilisation. On suppose une guerre nucléaire mondiale.

Les piliers de Red queen ce sont ses personnages charismatiques, un large panel de personnalités. Ce que j’ai le plus apprécié, en me référant à une réplique d’un personnage que j’ai adoré, Julian: « N’importe qui peut trahir n’importe qui.« , est le fait que l’auteur joue avec les notions de héros et de méchants. Elle instaure un jeu savant qui nous fait tantôt apprécier un personnage, tantôt le détester. Un ami peut être en réalité un ennemi, comme un ennemi peut se transformer en ami.

J’ai adoré le personnage de Mare, la fille du peuple rouge dotée de pouvoirs. En plus d’être attachante, elle est humaine, loin d’être parfaite. D’ailleurs cette caractéristique peut s’appliquer à beaucoup de personnages, on découvre leurs différentes facettes, leur force comme leur faiblesse, leur côté gentil comme leur côté sombre. J’ai adoré Cal, le prince héritier, mystérieux à souhait, entre force et fragilité. Et bien d’autres encore.

Il est difficile de rendre justice à cet excellent roman, un véritable page turner, vous n’êtes jamais au bout de vos surprises. Quand vous pensez qu’il n’y a plus de dénouement possible, l’auteure arrive à vous ébahir avec un rebondissement inattendu. Ce qui fait de Red queen un récit intelligent et addictif que je n’ai pu lâcher qu’après l’avoir fini.

Entre amours, amitiés, mystères, trahisons, combats, la liste est longue. Red queen est un immense coup de cœur. Une histoire extraordinairement riche, un univers prenant et des personnages aux multiples facettes. Ce premier tome est plein de surprises, vous resterez suspendu à l’excellente plume de Victoria Aveyard jusqu’à la dernière ligne de son roman. Vivement le tome 2.

« N’importe qui peut trahir n’importe qui.« 

Djihane S.

Autres chroniques MSK

Challenge jeunesse/ Young adult

logo_challenge_5

Défi littéraire 2016

défi littéraire 2016