Sword Art Online 005 : Alicization beginning

sao-alicization_5_jaqUn énorme merci aux éditions Ofelbe pour cette merveilleuse licence.

Titre: Sword Art Online 005 : Alicization beginning
Auteur:
Reki Kawahara
Illustrateur: Abec
Traducteur: Rémy Buquet
Éditeur:
Ofelbe
Nombre de pages: 576 pages 
Catégorie:
Action, Aventure, fantasy, science-fiction, Action
Parution: 23 février 2017

Résumé

Kirito se retrouve livré à lui-même après s’être réveillé dans l’Underworld, un mystérieux monde virtuel. Incapable de rejoindre la réalité, il fait la connaissance d’Eugeo, un jeune habitant du village de Rulid rongé par les remords suite à la disparition de son amie d’enfance, Alice. À la recherche de réponses et d’une porte de sortie, les deux garçons se lancent dans une périlleuse quête aux enjeux bien plus importants qu’ils ne pouvaient l’imaginer. Quels secrets les habitants de l’Underworld abritent-ils ? Que cachent les Chevaliers Intègres, gardiens de l’ordre et de la paix dévoués corps et âme au Monde des Hommes ? Et que se trame-t-il donc dans la réalité ? La plus grande épopée de l’Épéiste noir n’en est qu’à son commencement. Bienvenue dans le projet Alicization.

Avis 

Ce cinquième tome de Sword Art Online est à la fois dans la continuité des volumes précédents, mais il marque aussi une réelle évolution. L’auteur innove dans sa manière de narrer son histoire. C’est un vent de fraîcheur qui s’abat sur le lecteur, un second souffle qui relance la machine SAO.

Avant le début de l’histoire, nous avons droit à deux prologues. Dans le premier, nous sommes totalement dépaysés, Kirito est âgé de 12 ans et avec ses amis Alice et Eugeo, il vit dans l’Underworld, un monde héroic/médieval depuis toujours. Beaucoup de questions traversent alors mon esprit. Est-ce un nouveau jeu avec immersion complète ? Kirito joue-t-il un rôle ? On ne comprend pas tout immédiatement mais le sentiment de toujours vouloir en plus est présent, comme dans chaque tomes de SAO.

Le deuxième prologue se déroule dans le présent de Kirito et il explique être un beta testeur d’un nouveau jeu à ses amies Asuna et Sinon. On comprends alors certaines choses, mais cela suscite encore plus de questions. Malgré un langage assez technique, mon intérêt fut irrémédiablement piqué au vif. Ce qui nous amène au vrai début de l’histoire.

Comme l’indique la quatrième de couverture, Kirito se réveille dans un monde à priori virtuel: L’Underworld. Il ne sait pas ce qu’il fait là, ni pourquoi il est là, mais surtout il ne peut pas se déconnecter. Cela nous rappelle un peu le premier tome, quand il fut prisonnier d’Aincrad, mais cette fois-ci, il ne sait pas quoi faire pour sortir du jeu, il est livré a lui-même.

Malgré des questions légitime et une certaines appréhension, la curiosité de Kirito l’emporte. Il rencontre alors Eugeo et discrètement, il se renseigne sur ce monde. A travers leurs échanges, on y découvre un univers totalement nouveau. Encore plus riche que dans les jeux Sword Art Online et Alfheim Online. De nombreuses règles régissent ce monde, c’est avec beaucoup d’intérêt que j’ai suivi donc la progression de Kirito dans ce nouveau jeu qui offre de multiples possibilités, pour qui sait lire entre les lignes.

Reki Kawahara connaît les points forts de son oeuvre et depuis le début il s’appuie dessus pour que celle-ci plaise à ses lecteurs. Mais au bout de cinq tomes, le concept de jeu à immersion complète pourrait essouffler. C’est pourquoi, tout en gardant ce qui marche, il y ajoute des idées novatrices en prenant une direction différente.

Contrairement à tous les autres tomes, le personnage secondaire est un garçon, on peut dire au revoir à la pseudo romance que l’auteur nous servait dans chaque livre. A la place on a du dépassement de soi et de l’amitié. Dans le tome 4, le narrateur était Asuna, ce qui marquait déjà une certaine évolution. Ici c’est de nouveau Kirito, mais il partage l’affiche avec trois autres narrateurs.

Ce cinquième tome de Sword Art Online conserve les ingrédients qui font le succès des tomes précédents, mais s’offre un vent de fraîcheur avec des évolutions très plaisantes comme la multiplication des narrateurs et l’utilisation d’ellipses. Pour la première fois, l’intrigue ne se termine pas à la fin du tome, ça promet un sixième volume encore plus palpitant.

Fabien S.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s