Haut Royaume, tome 2: L’Héritier

Titre: Haut Royaume tome 2: L’Héritier 
Auteur:
Pierre Pevel
Éditeur: Milady
Nombre de pages: 623
Catégorie:
Fantasy
Parution: 2016

Résumé 

Après les derniers événements qui ont déchiré le Haut-Royaume, le prince Alan a pris le commandement de la garde d Onyx, garante de l’autorité du souverain. Mais la reine, aussi ambitieuse qu impitoyable, est bien décidée à gouverner à la place de son époux mourant. Menacé par la guerre civile et les luttes de pouvoir, le royaume se trouve plus divisé que jamais. Les desseins du Dragon du Destin sont obscurs, mais ils finissent toujours par s’accomplir.

Avis

Plus de deux ans après la lecture du Chevalier, le tome 1 de la saga Haut-Royaume, je me suis lancé dans la suite. Tout d’abord, j’ai été un petit peu déçu.

SPOILERS À la fin du tome 1, le héros Lorn est laissé pour mort. Dès le début du second tome sa mort est officialisée et la narration se fait via trois autres personnages: Alan son meilleur ami, Alissia sa promise et Yssandre la régente d’un duché. Les deux premiers ont été introduits dans le premier tome mais pas la seconde. Je me souvenais d’Alan mais absolument plus d’Alissia. Toute la première partie tourne autour du conflit politique entre le Haut-Royaume et un de ses duchés dissidents. Alan contre Yssandre en somme, avec Alissia tourmentée par la mort de Lorn. FIN SPOILERS.

Avec le peu d’informations qu’il me restait du premier tome, j’avais la désagréable impression de découvrir une toute nouvelle histoire. Je ne me rappelais presque d’aucun personnage et le peu de souvenirs que j’avais n’avaient plus de liens entre eux. Si j’avais lu les deux tomes à la suite, je pense que j’aurais beaucoup plus apprécié la première partie. Heureusement, petit à petit les souvenirs ont refait surface, j’ai relu quelques passages du Chevalier et je me suis replongé corps et âme dans ce super univers créé par Pierre Pevel.

Après ces 150 premières pages où je me suis débattu avec ma mémoire, les souvenirs sont revenus et j’ai pu apprécier le roman à sa juste valeur. À partir de la seconde partie, absolument tout ce qui a fait le charme du premier tome se retrouve entre nos mains. Nous allons de surprises en surprises, Pierre Pevel est un des rares auteurs à pouvoir me surprendre en continu. Jamais je n’ai pu deviner ou déduire quoi que ce soit. Impossible d’imaginer le scénario envisagé par Pevel tant il est improbable et pourtant plausible. Jamais je me serai douté que l’histoire prendrait cette tournure, Pevel à une imagination débordante et sans limite.

Dans ce second tome, on plonge un peu plus profondément dans l’histoire du Haut-Royaume, ses duchés ainsi que ses ennemis. Ses peuples, ses croyances, sa politique et tous les conflits qui vont avec. Avec plus de 600 pages, l’Héritier est déjà riche, mais j’en redemande. C’est avec un pincement au cœur que j’ai refermé l’ouvrage. Et quelle fin! D’abord une grosse claque, un choix effroyable. Puis la preuve du génie de Pierre Pevel avec une révélation qui ébranlera forcément le personnage principal. Le Dragon du Destin n’en a pas fini avec le Haut-Royaume.

Un second tome coup de cœur. La confirmation que Pierre Pevel est un auteur incroyable.

Fabien S.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s