Haut Royaume, tome 4: L’adversaire

Je tiens à remercier les éditions Bragelonne pour cette lecture.

Titre: Haut Royaume tome 4: L’adversaire
Auteur:
Pierre Pevel
Éditeur: Bragelonne
Nombre de pages: 404
Catégorie:
Fantasy
Parution: 13 mai 2020

Résumé 

Un héros
Un proscrit
Deux destinées
Il incarnait l’espoir d’un jour nouveau et la crainte d’une nuit éternelle. Serait-il le sauveur ou l’ennemi ? Le choix était sien.

Avis

Chroniques: 1. Le chevalier – 2. L’Héritier – 3. Le roi

Pierre Pevel fait parti de ces auteurs qui vous transportent à chacun de ses livres. Sa plume est reconnaissable entre toutes. Dès les premières lignes j’étais aux anges. Retrouver le style de narration de cet auteur que j’aime tant est un délice. La forme est aussi importante que le fond avec Pierre Pevel, le lecteur est porté par sa plume si enchanteresse. Dès les premières pages je savais que le livre serait un coup de cœur. Il ne peut en être autrement, les tomes précédents l’étaient également, porté par l’épilogue du troisième tome absolument dantesque.

Chaque ligne, chaque page sont excellentes, mais que dire des chapitres finaux de chacun des trois tomes précédents ? Pierre Pevel fait ressentir des émotions fortes à ses lecteurs. L’intrigue qu’il a mis en place est impossible à voir venir. Les actions des personnages sont imprévisible. Le lecteur ne peut jamais deviner la suite du récit et est sans arrêt surpris. On ne peut que se demander comment le héros, Lorn peut se tirer des situations à priori inextricables où il s’est empêtré, et pourtant, il y arrive toujours de manière plausible. La force de l’auteur est de trouver des nouveaux chemins pour ses personnages alors qu’on les pense dans une impasse.

Ce 4ème volume ne fait pas exception à la règle, il est excellent du début jusqu’à la fin. Plus l’histoire avance et moins on en voit le bout. Lorn se retrouve seul au monde, tout ce qu’il a construit a été détruit. Voir la déchéance de ce héros pourtant si charismatique est à priori intouchable est impressionnant. C’est une claque, Pevel a une telle maîtrise de son récit que le lecteur ne peut qu’être abasourdi. Lorn se fait chaque jour de nouveaux ennemis. Après Alan, son ami qu’il considérait comme un frère, c’est au tour de Jall, le frère du roi d’entrer en scène pour de bon. Si Alan fait référence au côté politique du royaume, Jall introduit pour de bon l’aspect religieux.

J’entends souvent les journalistes comparer Pevel à George R. R. Martin. Pour ma part je ne les compare plus depuis longtemps. Pevel fait du Pevel et c’est unique. Ces deux auteurs écrivent de la fantasy médiévale et utilisent des codes similaires comme par exemple un soupçon de magie dans un monde médiéval, mais comparer un auteur à un autre revient à les hiérarchiser. Pevel est un maître de la fantasy au même titre que Martin, voila pourquoi il n’y a plus de comparaison à faire.

Énorme coup de cœur pour ce quatrième opus de Haut-Royaume. J’attends la suite avec impatience. Haut-Royaume est le chef d’oeuvre d’un maître de la fantasy. 

Fabien S.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s