Codex Aléra tome 5: La furie du Princeps

Je tiens à remercier les éditions Bragelonne.

Titre: Codex Aléra tome 5: La furie du Princeps
Auteur: Jim Butcher
Éditeur: Bragelonne (Poche)
Traducteur: 
Caroline Nicolas
Parution : 
15/01/2020
Catégorie: 
Fantasy
Nombre de pages: 
528

Résumé

Désormais reconnu comme le Princeps Gaius Octavien, héritier du trône, Tavi de Calderon est parvenu à conclure une alliance fragile avec les ennemis ancestraux d’Aléra, les farouches Canims. Mais lorsque Tavi et ses légions reconduisent les Canims jusqu’à leurs terres, le Princeps découvre que ses pires craintes sont devenues réalité.

Les redoutables vordes – ennemis des deux peuples – ravagent depuis trois ans la patrie des Canims. Et lorsque les Aléréens perdent l’accès à leurs vaisseaux, ils se voient obligés de se battre pour survivre aux côtés de leurs anciens adversaires.

Depuis un millénaire, Aléra et ses furies ont tenu tête à tous leurs ennemis, repoussé toutes les attaques. Mais cette époque touche à sa fin…

Avis

Codex Aléra: 1. Les furies de Calderon – 2. La furie de l’Academ – 3. La furie du Curseur – 4. La furie du capitaine


Codex Alera est une saga de fantasy à lire. Elle n’a pas de renommée mondiale comme certaines œuvres mais elle est sacrément bien réussie. Elle vaut clairement le détour. Je ne m’ennuie jamais quand je lis un nouveau tome de cette série. Jim Butcher m’a fait aimer son univers et ses personnages. Retrouver Tavi, Kitaï ou Maximus est un réel plaisir.

J’avais terriblement hâte de me replonger dans cet univers. Et pour cause, la fin du tome précédent faisait craindre le pire pour Alera. Le résumé de ce cinquième tome aussi est emballant. Les Canims sont une race que j’apprécie particulièrement. Autant les Marats ont été vite oubliés (On ne voit que Kitaï et Doroga), autant les Canims et leurs histoires s’étalent sur plusieurs tomes. Cette race est bien décrite, bien amenée. Les traditions de ce peuple paraissent bestiales, mais les us et coutumes Aléréennes sont parfois très archaïques. On en apprend énormément dans ce tome parce que Tavi se rend sur leur territoire.

Parlons aussi de l’ennemi. Il est vraiment bien amené. Jamais on aurait pu imaginer que les grands méchants de l’histoire se sont les Vordes. On les voient dans le tome 1 mais de manière furtive. C’est une faible menace qui passe largement après les Marats. Finalement c’est le plus grand danger qui puisse être. On en a beaucoup appris sur elles dans ce tome mais j’ai l’intime conviction qu’on va comprendre encore plus de chose dans le suivant, qui conclura la saga. Il y a des indices disséminés par ci par la qui le laisse entendre.

Je suis excité à l’idée de conclure la saga au prochain tome, vivement la suite.

Fabien S.

2 commentaires

  1. Hâte aussi de lire ce dernier opus que j’ai dans ma PAL pour les vacances.
    Je trouve la montée en puissance de Tavi bien narrée et j’aime les créatures / peuples que l’on croise même si comme tu dis les Marats ont été un peu trop vite oubliés…

    Aimé par 1 personne

Répondre à tampopo24 Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s