Shades of Magic : The Steel Prince, tome 1

Titre: Shades of Magic : The Steel Prince Trilogy, tome 1
Auteure: Victoria E. Schwab
Illustrateurs: Andrea Olimpieri et Enrica Eren Angiolini
Traductrice: Sarah Dali
Éditeur: Urban links
Nombre de pages: 128
Catégorie: 
roman graphique
Parution : 11/09/2020

Résumé

Il est ici question d’un temps où quatre royaumes magiques coexistaient sans encombre, et où tous sorciers étaient en mesure de voyager sereinement de l’un à l’autre. Londres en était chaque fois le cœur et l’âme, jusqu’à la chute de l’un des mondes, corrompu par une magie noire dévorante. Ses trois voisins, pour éviter la contagion, décidèrent de sceller les portails qui leur permettaient de communiquer entre eux. C’était il y a deux cents ans, et aujourd’hui certains craignent leur réouverture. Le prince héritier Maxim, fils du roi Nokil Maresh de Arnes (Londres Rouge) fait partie de ceux-là. Son obsession est telle qu’il en délaisse même son propre peuple. Une situation que son père ne peut tolérer. C’est pourquoi il prend la lourde décision de l’exiler à Verose dans l’espoir de le voir se recentrer sur son avenir et les responsabilités qui sied à son rang.

Avis

Les romans Shades of Magic: 1. Shades of magic – 2. Shades of shadows – 3. Shades of light 

J’aime énormément la plume de Victoria E. Schwab. J’avais donc très hâte de la découvrir dans un autre genre. The steel prince est une trilogie publiée en France par Urban links. Elle retrace la jeunesse du très remarqué Maxim Maresh, roi du Londres rouge dans la saga Shades of magic.

J’ai beaucoup aimé ce focus sur ce personnage qu’on déteste ou que l’on admire dans Shades of magic. C’est toujours intéressant de découvrir ce qui a mené un protagoniste à devenir ce qu’il est dans le présent. L’imagination de l’auteure est très fertile et nous plonge dans la sombre ville de Verose où le prince est exilé par son père. ll devra se préoccuper du sort de son royaume au lieu de nourrir son obsession pour les autres mondes, parallèles au sien. Le récit est court mais dynamique. J’ai également apprécié le fait qu’il soit enrichi avec une interview de V. E. Schwab, d’une analyse des personnages et des commentaires de l’auteure sur chaque chapitre. Une jolie immersion dans le processus créatif du livre.

Sur le plan graphique, j’adore la couverture du roman graphique, cela dit, même si l’univers visuel est riche (décors et costumes ), j’ai trouvé que les dessins des personnages étaient assez brouillons. De ce fait, je n’ai pas été totalement séduite par le style des dessins.

Une bonne découverte qui m’a donné envie de lire la suite des aventures du controversé prince Maxim.

Djihane S.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s