Eclat(s) d’âme, tomes 3 et 4 (série terminée)

Titre:  Éclat(s) d’âme, tomes 3 et 4
Auteure: 
Yuki Kamatani
Traducteur: 
Aurélien Estager
Éditeur: 
Akata
Nombre de pages:
 178/192
Catégorie: 
Seinen
Parution :
23/08/2018 06/12/2018

Résumé tome 4

Tasuku, au fil des mois, et grâce au contact des autres membres du club de discussions, a fini par s’accepter. Il a même fini par se décider, quant au devenir du vieux bâtiment à rénover dont il a la charge : ils le transformeront en salle de mariage ! Mais tandis que les travaux avancent, différentes tempêtes commencent à souffler. Il est alors temps, pour chacun, d’affronter sa réalité.

Avis

Chroniques: tome 1, tome 2

Éclat(s) d’âme est une série qui gagne en intensité, au fur et à mesure que l’on avance dans notre lecture. Yuki Kamatani arrive même à entretenir un mystère autour de ses personnages, je pense notamment à la jeune femme qu’ils appellent leur hôte.

Il est impossible de rester insensible à ce manga, aux sujets qu’ils traitent. J’ai beaucoup aimé le découvrir et me laisser bercer par les histoires de ses protagonistes. Tasuku est le personnage principal. Dans le tome 1, il était totalement perdu face à son homosexualité en commençant par la nier en bloc. Au fil des chapitres et des rencontres, on le voit s’ouvrir de plus en plus. Tasuku est très attachant et il est représentatif d’autres adolescents qui questionnent leur sexualité.

L’auteure a fait un travail remarquable sur la psychologie des ses personnages. Ce sont eux

qui font la force de ce manga. Ils représentent la diversité de la communauté LGBT, la diversité humaine. À travers eux on a un regard sur des aspects de leur vécu. Le tome 3 est peut être le plus violent émotionnellement parlant. Centré essentiellement sur Tsubaki/Tasuku et sur M. Utsumi. Ce transsexuel va subir les conséquences de la méchanceté humaine. Son histoire m’a prise aux tripes.

Le tome 4 nous offre un final à la hauteur de la série. J’ai été ravie de finir avec une note positive même si Yuki Kamatani est loin de nous dépeindre un monde LGBT où il pleut des licornes et des arcs-en-ciel. Elle insiste sur le fait que la société a besoin de faire rentrer les gens dans des cases et déconstruit cette idée en montrant que l’on serait plus heureux, entre autres, si on acceptait juste l’autre et sa différence. On apprend enfin le secret de notre hôte qui résume si bien toutes les idées que l’auteure voulaient faire passer à travers ce manga engagé.

Genres, identité sexuelle, transsexualité, homophobie, communauté LGBT, tant de thèmes forts qui rendent ce manga unique. Une vision réaliste loin de tout cliché, un coup de crayon subtil et une histoire qui se construit progressivement. Elle ne concerne pas un seul personnage mais plusieurs vies qui vont se lier, se croiser ou se séparer. Une lecture émouvante et engagée. Un manga à découvrir absolument.  Si nous sommes tous semblables la vie serait triste non ?

Citation

« Dès qu’on mène une existence un tant soit peu différente de celle des autres, ils veulent tout de suite qu’on se justifie. C’est pénible de se dire qu’on va devoir supporter ça toute notre vie. »

Djihane S.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s