Gros sur le cœur

Merci à Carène Ponte et Michel Lafon pour cette lecture.

Titre: Gros sur le coeur
Auteure: Carène Ponte
Éditeur: Michel Lafon
Nombre de pages: 254
Catégorie: 
young adult/contemporain
Parution: 15/11/2018

Résumé

C’est l’histoire d’une adolescente sans doute un peu trop ronde, sans doute un peu trop fragile. C’est l’histoire d’un nouveau lycée, des yeux qui dévisagent, des yeux qui jugent. C’est l’histoire d’un professeur d’allemand qui séduit. Mélissa, 17 ans, suit ses parents dans une nouvelle ville, un nouveau lycée. Année de terminale sur la corde raide. Année charnière entre dégoût de soi, et renaissance.

Avis

C’est toujours un plaisir de retrouver la plume d’un auteur que l’on apprécie. Carène Ponte offre à ses lecteurs de délicieuses comédies romantiques, des livres feel good mais avec Gros sur le cœur elle sort de son registre habituel avec un roman jeunesse et livre l’historie d’une jeune adolescente qui subit le harcèlement scolaire et la grossophobie.

L’enfer de Mélissa commence lorsqu’avec ses parents l’oblige à déménager pour la énième fois. Dans son nouveau lycée, dès le premier jour, ses camarades se moquent de ses rondeurs et la traitent de monstre. Un surnom: Mélissa sac à gras va la plonger dans le désespoir. La jeune fille est bien loin de savoir ce qu’elle va devoir endurer dans cet environnement hostile.

J’ai beaucoup aimé cette lecture qui a réussi à me toucher et m’émouvoir. Le harcèlement scolaire et la grossophobie sont deux sujets très sensibles qui me rendent à fleur de peau. Certaines scènes m’ont retournée les tripes et m’ont emplie de colère. Je ne comprendrai jamais la méchanceté gratuite et Mélissa, ne comprenait pas non plus pourquoi on s’acharnait autant sur elle.

À l’adolescence, on n’a pas forcement le réflexe d’aller vers les adultes pour parler et demander de l’aide. La plupart des lycées ont une politique anti harcèlement scolaire mais ce n’est pas évident de le débusquer. Dans le lycée de Mélissa, j’avais plus l’impression que le corps enseignant fermait les yeux sur ce qui se passait sous leur nez. Étant moi-même enseignante, je sais repérer un souffre douleur dans ma classe et j’agis au lieu de me taire. Alors, on ne le répétera jamais assez, confiez-vous, ne laissez pas les monstres impunis.

Pour en revenir au texte. La plume de Carène est agréable à lire et l’histoire que l’on lit ne peut pas nous laisser indifférent. Le seul élément qui m’a déconcertée c’est quand Mélissa va traverser un épisode assez étrange qui pour moi décrédibilise le personnage, j’étais contente quand c’était fini. Mélissa est d’ailleurs une adolescente très attachante et j’avais envie qu’elle ait sont happy end.

J’ai beaucoup aimé Gros sur le cœur. Ce fut une lecture difficile pour moi. L’histoire est inspirée du propre vécu de Carène Ponte et ayant moi-même subi le harcèlement scolaire, le récit de Mélissa est très réaliste pour moi et m’a touchée en plein cœur. On ne peut certes pas évoquer en 254 pages toutes la complexité du sentiment de rejet et le mal-être profond dans lequel on s’embourbe dans une telle situation mais l’auteure a réussi à offrir à ses lecteurs un roman qui sensibilise et ébranle: à mettre entre toutes les mains.

Djihane S.

D’autres romans de Carène Ponte:

Un merci de trop – Tu as promis que tu vivrais pour moi – Avec des si et des peut-être

Publicités

7 réflexions sur “Gros sur le cœur

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s