Le sorceleur tome 7: La dame du lac

Je tiens à remercier les éditions Bragelonne pour cette lecture.

Titre: Le sorceleur tome 7: La dame du lac
Auteur: Andrzej Sapkowski
Éditeur: 
Bragelonne 
Traducteur:
Caroline Raszka-Dewez
Parution :
13 novembre 2019
Catégorie: 
Fantasy
Nombre de pages:
576

Résumé de l’éditeur

Tandis que Yennefer est retenue prisonnière et que Geralt passe l’hiver en compagnie de la magicienne Fringilla aux charmants artifices, Ciri est projetée dans un monde parallèle en pénétrant dans la tour de l’Hirondelle. Désormais sous la coupe de l’elfe Avallac’h, elle ne peut espérer la liberté que si elle accepte de porter l’enfant du roi des Aulnes.
La jeune fille parviendra-t-elle à s’enfuir pour voler au secours de ses amis ?

Avis

Le sorceleur: 1. Le dernier vœu – 2. L’épée de la providence – 3. Le sang des elfes – 4. Le temps du mépris – 5. Le baptême du feu – 6. La tour de l’Hirondelle – La saison des orages

Ce 7ème tome clôture la saga du Sorceleur, je l’attendais impatiemment tellement j’ai adoré le tome précédent. Je ressors finalement déçu de ma lecture. Non pas par la fin de l’intrigue, mais par la manière d’y arriver.

Je ne comprends pas l’obsession de Sapkowski à vouloir faire raconter l’histoire par des personnages du futur. Il avait déjà expérimenté cela dans les tomes précédents mais à petite dose. On a eu droit à Ciri racontant à Visogota son histoire, dont les événements récents que le lecteur ne connaissait pas encore. Ou alors des personnages secondaires qui racontent comment ils ont croisé Ciri ou Geralt. C’est une forme de narration que j’ai apprécié, elle apporte une touche d’originalité. En revanche, avoir quasiment tout un tome qui utilise ce procédé, qui plus est avec des protagonistes inconnus ou des personnages qui racontent un événement à l’autre bout du monde, sans lien avec les personnages principaux, m’a déconcerté.

Le tome 7 est le plus gros de la saga avec plus de 500 pages. J’ai trouvé le temps extrêmement long. Heureusement qu’il y avait de temps en temps des passages qui ont su maintenir mon attention. Le plus terrible dans tout cela, c’est que chaque bon passage est précédé de 100 pages ou il ne se passe pas grand chose d’intéressant. Mais sans ce passage lent, pas de fin de chapitre en apothéose. Les chapitres ne montent pas en puissance progressivement, ils stagnent pour monter en flèche, puis redescendre. Le rythme est saccadé, avec un effet de montagnes russes. Ce que je peux reprocher à l’auteur, c’est de multiplier les passages accessoires qui ne servent pas l’intrigue principale.

Au lieu de conclure toute les intrigues de sa saga, l’auteur en a recréer d’autres dès le début du 7ème tome. On se demande presque dans quoi on s’embarque au début de La dame du lac. Tout s’explique petit à petit mais le moins que l’on puisse dire, c’est que Sapkowski n’a pas choisi de se simplifier la tâche. Quoi qu’il en soit, le dénouement est arrivé et je l’ai aimé. C’était imprévisible et c’est ce que je recherche avant tout dans un roman: Être surpris.

La saga du Sorceleur était intéressante, son intrigue principale a su me passionner même si parfois j’aurais voulu que l’auteur aille un peu plus à l’essentiel. Un classique à lire, voir ou jouer. 

Fabien S.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s